Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

La Suisse et la guerre 1933 - 1945 / Werner Rings

En réponse à -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Quelques unes des précisions demandées de Etienne Lorenceau

de jure de Christian Rossé le mardi 27 janvier 2015 à 02h39

Une bonne part de votre argumentation se base malheureusement sur une idée erronée. Vous écrivez en effet :
« …l'espionage n'est pas interdit en Suisse (ni aucun pays neutre comme la Suède) dans la mesure où il ne porte pas sur la Suisse elle-même.. ».
Or si, justement. L’attitude de la Suisse face à l’espionnage allié durant la guerre ne peut se comprendre sans connaître la législation qu’elle a mise en place avant la guerre pour lutter contre les ingérences de l’Allemagne (voir par exemple l’affaire Jacob en 1935). Toute une batterie de mesures a été prise depuis le milieu des années 1930 pour lutter notamment contre les agents provocateurs, mais aussi contre les réseaux d’espionnage susceptibles de nuire à l’image de neutralité du pays (et donc à la défense nationale dont la neutralité est un pilier). Ainsi, l’article 301 du Code pénal (toujours en vigueur aujourd’hui, voir clic), ainsi que l’article 93 du Code pénal militaire prohibent l’espionnage militaire au préjudice d’un Etat étranger.
De plus, l’arrêté fédéral du 6 septembre 1940 interdit les émissions radios, ce en conformité avec le droit de la neutralité mis en vigueur par la Ve Convention de La Haye, en particulier l’article 3 qui interdit les émissions par les belligérants à partir d’un territoire neutre et l’article 5 qui oblige le pays neutre à faire respecter cette interdiction.
La police fédérale a donc agi selon le droit suisse.

Vous écrivez ensuite :
« … (voir les réseaux Britanniques, américains, tchécoslovaques...) »
De nombreux agents alliés ont été poursuivis par le contre-espionnage, la police fédérale et la justice - civile et militaire - suisses. Membres de l’OSS, du SIS, du SOE, Polonais, Français se sont retrouvés devant les juges. L’application des articles de loi ci-dessus ne s’est en rien focalisée sur les réseaux communistes. Seuls ceux qui ont collaboré avec le SR suisse, les diplomates et ceux qui ont disparu au bon moment ont évité les sanctions (cf. le fonds AFS E5330/1982/1).

Vous écrivez :
« Or c'est bien sur la requête d'un militaire, le Brigadier Masson (à moins que vous ne le contestiez) que l'arrestation est effectuée. »
Dans l’état actuel de mes connaissances, oui, je le conteste. La police fédérale n’avait aucun ordre à recevoir de Masson. Elle faisait son travail.

En ce qui concerne le SR en général, vous écrivez :
« il est clair que ce service est un petit service qui s'appuye pour une large part sur le Büreau Ha. »
En quoi est-ce si clair ? Le SR suisse dispose d’une multitude de sources de renseignements sur l’Allemagne. Le fait que le Büro Ha est très « médiatisé » ne signifie pas qu’il faille en exagérer l’importance. L’antenne de Bâle était au moins aussi active. Les 1500 agents de la Section Alliés, pour la plupart travaillant également pour un service allié, ont accompli un travail énorme.

Vous écrivez :
« Monsieur Rossé, sans citer ses sources… »
Mais aussi :
« Noter ici chacune des référence sur chacune des informations aurait rompu leurs liens, évidents dans une lecture linéaire »
Mes chiffres sont tirés de AFS E5795/327, Geheimausgaben der Nachrichtensektion.

Vous écrivez :
« … je lui rapelle que la source principale du Büreau Ha semble avoir été dès cette époque l'agence de presse de Rudolf Rössler… »
Je n’ai jamais su que Rudolf Rössler, lequel était directeur d’une maison d’éditions, était la meilleure source d’informations de Hans Hausamann. Ce dernier disposait de plusieurs réseaux d'informateurs. Par ailleurs, le "jeu" entre le SR suisse, les Rote Drei et Rössler, ainsi que les sources de ce dernier restent mystérieux pour moi, comme pour beaucoup d'historiens,je crois.

Vous écrivez :
« [Masson] organisera l'hébergement de schellenberg après guerre chez le docteur Lang et son passage en Italie, tout en jurant sous serment devant un tribunal international qu'il ne l'a jamais revu »
Où se situe précisément ce parjure ? Il me semble que l’attestation de Masson est rédigée en mai 1948 et que c’est en 1951 que Schellenberg est soigné en Suisse avec l’aide de Masson (Francis Lang, Mémoires d’un médecin de campagne, p. 79).

Vous me permettrez quelques rectifications et précisions.
La Ligne Wiking ne dépend pas du tout du Büro Ha, mais du Major Häberli de l’antenne de Bâle, dont le nom de code est « Pfalz » (cf. par ex. P.-Th. Braunschweig, Geheimer Draht nach Berlin, p. 119).
Marcel Pilet-Golaz et Hans Hausamann ne sont pas libéraux, mais radicaux (Wikipédieu).
Auguste R. Lindt n’était bien sûr pas Commissaire des Nations-Unies en 1940.
En ce qui concerne la Ligue des Officiers, comme l’avait relevé Monsieur Favre, les peines sont symboliques (15 jours d’arrêt pour le chef de file, Alfred Ernst, officier du SR). Au passage, vous noterez que le Max Waibel était également un membre fondateur de cette ligue et que tant Waibel que Ernst accèderont aux plus hauts grades de l’armée, preuve s’il en est que leur jugement pour insubordination (ils avaient tout de même prévu de prendre le pouvoir par un putsch) n’a été prononcé que pour la forme.

Enfin, pour finir cette question :
Qui sont ces « membres du SR Suisse sympathisants nazis » ?

*** / ***

lue 1709 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Addition de Etienne Lorenceau 27 janv. 2015 05h27
2 goniométrie et arpentage de Christian Rossé 28 janv. 2015 02h48
3 Merci ... de Etienne Lorenceau 28 janv. 2015 13h52
4 Autre coincidence de Etienne Lorenceau 28 janv. 2015 14h41
5 Rad(i)o de Christian Rossé 29 janv. 2015 00h45
4 Des sinus d'Edmond de Christian Rossé 29 janv. 2015 01h20
5 Merci à nouveau de Etienne Lorenceau 29 janv. 2015 13h36
3 Encore deux mots à propos des officiers pronazis de Christian Rossé 31 janv. 2015 00h01
1 Sur le parjure de Masson de Etienne Lorenceau 27 janv. 2015 14h24
2 Du parjure de Christian Rossé 27 janv. 2015 22h14
3 Ah bon ? de Etienne Lorenceau 28 janv. 2015 15h52
4 et puis... de Etienne Lorenceau 28 janv. 2015 16h31
5 déjà ça... de Christian Rossé 29 janv. 2015 02h58
6 Comment interprétez vous... de Etienne Lorenceau 30 janv. 2015 21h13
7 A Francis Lang de Christian Rossé 30 janv. 2015 22h47
8 En concluez vous qu''encore en 1960 de Etienne Lorenceau 31 janv. 2015 17h55
6 Les douze chasseurs de Etienne Lorenceau 01 févr. 2015 14h59
1 René Claude de Etienne Lorenceau 28 janv. 2015 19h03

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Suisse et la guerre 1933 - 1945

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes