Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Présumé Jean Moulin / Jacques Baynac

 

Médaille disparue ? de Nicolas Bernard le dimanche 03 juin 2007 à 20h53

Jacques Baynac, obsédé par l'idée de prouver l'existence - fantaisiste - d'un terrible rapport de force entre Jean Moulin et De Gaulle, notamment en ce qui concerne l'unification et la centralisation de la Résistance intérieure en 1943, a besoin de passer sous silence plusieurs éléments de nature à gêner sa thèse. Le fait a déjà été prouvé sur ce forum, s'agissant des circonstances de l'arrestation de Moulin, mais ne saurait évidemment se limiter à cette tragédie. L'ensemble du livre relève de l'ineptie historique.

Le dimanche 14 février 1943, Jean Moulin débarque à Londres en compagnie du général Delestraint (il en repartira le 19 mars). Objet : informer le Général de la situation en France, attendre de nouvelles instructions, et s'entretenir avec De Gaulle en vue de définir la politique à suivre s'agissant de l'unification des mouvements. Le contexte est inquiétant, au vu de la montée en puissance du général Giraud, chouchou des Américains, en Afrique du Nord. De Gaulle doit pouvoir compter sur la Résistance intérieure, et dispose d'un appui aussi loyal que non négligeable en la personne de Moulin. Ensemble, les deux hommes entreprendront de faire contrepoids à Giraud.

En la matière, Moulin n'a eu de cesse de soutenir De Gaulle. De Giraud il ne saurait être question. De Gaulle s'estime en demeure de remercier Moulin pour sa fidélité. De fait, le 14 février, le jour même de l'arrivée de Moulin à Londres, il le décore personnellement de l'ordre de la Libération.

La cérémonie en dit long sur l'estime que porte De Gaulle à son émissaire. Se déroulant au domicile du Général à Hampstead, elle ne réunit qu'un nombre réduit d'invités - mais pas des moindres : outre De Gaulle et Moulin, se trouvent présents le colonel Passy, le général Delestraint, André Philip, André Manuel, et Pierre Billotte, fameux hiérarques de la France libre. Le témoignage de Passy, qui n'appréciait pas Moulin, n'en acquiert qu'une plus grande résonnance : "Mais ce caractère d'intimité rendit cette remise de décoration encore plus impressionnante et, après plus de cinq ans, j'en revois les détails avec une étonnante précision. Je revois Moulin, blême, saisi par l'émotion qui nous étreignait tous, se tenant à quelques pas devant le Général, et celui-ci disant, presque à voix basse : "Mettez-vous au garde à vous", puis, poursuivant en détachant les membres de phrase et en les scandant à sa manière personnelle que chacun connaît aujourd'hui : "Caporal Mercier [pseudonyme de Jean Moulin], nous vous reconnaissons comme notre compagnon, pour la Libération de la France, dans l'Honneur et par la Victoire." Et, pendant que de Gaulle lui donnait l'accolade, une larme lourde de reconnaissance, de fierté et de farouche volonté coulait doucement le long de la joue pâle de notre camarade Moulin. Comme il avait la tête levée vers celle du Général, nous pouvions voir encore, au travers de sa gorge, les traces du coup de rasoir qu'il s'était donné en 1940, pour éviter de céder sous les tortures de l'ennemi." (colonel Passy, Missions secrètes en France, Plon, 1951, p. 62)

Cet épisode, répétons-le, est extrêmement significatif de la nature des relations qu'entretenaient Moulin et De Gaulle, toutes d'estime réciproque, de respect mutuel, et d'alliance contre l'adversité. Le fait est si symbolique qu'il a été repris dans le téléfilm que TF1 a consacré à Jean Moulin (sur fond de musique signée Hans Zimmer et initialement réservée au film La ligne rouge, comme l'aura immédiatement observé tout BOphile qui se respecte).

Le déroulement même du cérémonial exclut toute idée de rivalité entre ces deux puissantes personnalités de notre Histoire. En ce sens, l'anecdote suffit à elle seule à pulvériser les assertions passablement embrouillées que Jacques Baynac distille à l'encontre de ces deux individus, pour faire de De Gaulle un pantin dans les mains de Jean Moulin, soucieux de mettre l'"apprenti-dictateur" au pied du mur pour mieux écraser Giraud - quitte à envisager de rallier ce dernier dans les mois qui vont suivre...

Or donc, comment donc Jacques Baynac résout-il ce mortel paradoxe ? Comment conciliera-t-il cette remise de décoration avec son tableau d'ensemble ? Très simple. Il procèdera ainsi : "Arrivé le dimanche [14 février], logé dans un appartement de Pall Mall, la rue des fameux clubs de l'élite britannique, Moulin attaque dès le mardi. Le 16 février, lors d'un entretien informel avec Piquet-Wicks, de SOE/RF, ..." (Présumé Jean Moulin, Grasset, 2007, p. 554)

Et s'agissant de Delestraint, Jacques Baynac précise : "Ce même dimanche [14 février], de Gaulle passe le chercher pour l'amener à son bureau, puis chez lui, à la maison d'Hampstead, où Mme de Gaulle reçoit." (op. cit., p. 561)

Cet épisode si lourdement chargé de symbole est ainsi purement et simplement passé sous silence. Jacques Baynac "oublie" de mentionner que, non, Delestraint ne s'est pas rendu au domicile privé du Général parce que Madame De Gaulle recevait, et aggrave cet "oubli" en "omettant" le fait qu'il était accompagné de Moulin, lequel était l'invité le plus important du chef de la France libre. Et pour cause, il tenait à l'adouber.

Au vu de la médiatisation de l'événement, il est absolument exclu que cet "oubli" de Jacques Baynac en soit un. Cette petite manipulation - à défaut de bourde tout aussi inexcusable - prouve une fois de plus, et si besoin était, que l'ouvrage de Jacques Baynac n'est absolument pas fiable et ne saurait être recevable.

*** / ***

lue 2116 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Nuançons tous azimuts de françois delpla 04 juin 2007 08h16
2 codicille de françois delpla 05 juin 2007 15h02
2 Rendons à César... de Jean-Robert GORCE 05 juin 2007 15h03
3 Sans vouloir te rabaisser ni te grandir... de françois delpla 05 juin 2007 16h32
4 Oui mais non ! de Jean-Robert GORCE 05 juin 2007 17h18
5 Rétablissement de faits de françois delpla 05 juin 2007 18h01
6 C'est rigolo et facile... de Jean-Robert GORCE 05 juin 2007 18h16
7 que, pour taquiner,... de françois delpla 06 juin 2007 05h19
8 Ma foi... de Jean-Robert GORCE 06 juin 2007 18h55
9 Chacun jugera de Jacques Ghémard 06 juin 2007 19h37
5 Amusant de françois delpla 13 avril 2013 19h49
3 Peut être un essai d’explication de l’affaire de Caluire. de Serge Desbois 10 juin 2007 16h08
4 Explication contestable de Nicolas Bernard 10 juin 2007 21h03
5 À l’intention de Nicolas Bernard de col.farges 11 juin 2007 08h16
6 Trop vague de Nicolas Bernard 11 juin 2007 11h19
4 Bombardement du siège de la Gestapo de Lyon de Serge Desbois 14 juin 2007 08h42
5 2ème photo de Serge Desbois 14 juin 2007 08h55
6 3ème Photo de Serge Desbois 14 juin 2007 20h06
5 C'est ce batiment là .... de Ph Guliana 14 juin 2007 18h15
5 Bombardement de Lyon 1944 de Jean Richard 27 sept. 2011 09h49
6 Le bombardement de Lyon du 26 mai 1944 de Serge Desbois 27 sept. 2011 17h48
7 Confusion de bataille 11 octo. 2012 08h39
8 Sicherheitsdienst et Gestapo de Serge Desbois 11 octo. 2012 16h37
9 D'accord de bataille 12 octo. 2012 15h02
7 bombardements de barregas 12 avril 2013 10h26
8*** contribution effacée
9 Mais il est là aussi de Jacques Ghémard 15 avril 2013 17h46
8 La visite du Mal Pétain, 5 juin 44 à Lyon. de Ben El Mehli 15 avril 2013 16h30
9 le Maréchal et Gustave Lebon de Auteur anonymé 08 janv. 2014 00h07
6 demande d'info pour support photos de Olivier Pepe 29 déc. 2013 11h44
5 victimes du bombardement de Loron 30 sept. 2011 21h34
2 "Coup de foudre" ? Mais de quoi parle-t-on, en fait ? de Nicolas Bernard 06 juin 2007 09h41

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Présumé Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes