Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Le Glossaire de Francis,
Jacques, Prosper, René et tous les autres ...

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z les nouveautés

 

G
à GH

 

Astuce !

En cliquant sur une vous lancez une recherche de ce terme dans les contributions et sujets du forum


GA - Groupe d'armées - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GAD - Groupe d'Auto-Défense - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Groupe d'action et de renseignement en zone occupée, en liaison avec l'armée d'armistice.


Garde civique - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

En Charente-Maritime. La Garde civique, parfois appelée Garde civile, fut créée dès le 2 août 1940 comme force de police auxiliaire chargée de la surveillance du câble téléphonique allemand entre La Rochelle et Royan puis des points sensibles comme les lignes de chemins de fer ou les ponts. La Garde civique n'a jamais dépassé le cadre du département. Devenue parti politique, selon les Renseignements Généraux, comptant 612 membres en 1943, la Garde civique intègrera finalement la Milice.
(merci Laurent)


Garde républicaine mobile - GRM - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Gaston Bergery - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

(1892-1974) Gaston Bergery, député de Mantes depuis 1928. Jeune radical, il fut directeur du cabinet d'Herriot lorsque celui-ci était ministre des Affaires étrangères, en 1924-1925, après avoir été secrétaire général adjoint de la Commission des réparations, en 1918-1924. En mars 1933, il fonda le Front commun contre le fascisme, contre la guerre et pour la justice sociale et, en août 1934, l'hebdomadaire "La Flèche", organe du mouvement frontiste. Député du Front populaire en 1936, il défendit les accords de Munich par pacifisme. Il rédigea, le 6 juillet 1940, une motion parlementaire appelant à l'instauration d' "un ordre nouveau, autoritaire, national, social, anticommu­niste et antiploutocratique". Le 10, il vota les pleins pouvoirs. Il est l'auteur, en partie, du message de Pétain du 11 octobre. En novembre, Laval l'a fait envoyer en mission diplomatique en Suisse. Membre du Conseil national, il sera nommé ambassadeur de Vichy à Moscou (24 avril-juin 1941), puis à Ankara (mai 1942-septembre 1944). En février 1949, traduit devant la cour de justice, il sera acquitté.


Gau - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

District ou circonscription administrative du Reich allemand dirigé par un Gauleiter.
Au pluriel: Gaue.


Gauleiter - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Dirigeant d'un "Gau", district administratif du Reich.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Gaulliste - France libre Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Appellation péjorative des Français Libres
Jamais les Français Libres ne se dénommaient ainsi en parlant d'eux. Cette expression est une "invention de la propagande Allemande" écrit le général de Gaulle "qui tend à nous confondre avec ces anciens partis politiques qui portaient le nom de leurs chefs, "doriotistes ou "paul-fauristes" d'avant guerre." (dans "La 1ère DFL" du général Yves Gras)
JGh


GAUS - Groupe d'Armées américain Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GB - Groupe de bombardement - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GBA - Groupe de bombardement d'assaut - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GBC - Groupe de Bataillons de Chars - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GC - Groupe de chasse - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Les GC concernent l'aviation


GCMA - Groupement de commandos mixtes aéroportés - Indochine Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

En perdant sa vocation exclusivement "parachutiste", le GCMA devint le GMI (Groupement mixte d'intervention).


Geheime Feldpolizei - GFP - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Police secrète de campagne.


Geheime Staatspolizei - GESTAPO - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Police secrète de l'Etat.
4e division (Amt IV) du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich).
Créée par décret de Göring en 1933 avant de passer sous l'autorité de Himmler et Heydrich, la Gestapo fut d'abord la police politique du parti nazi pour devenir police d'Etat en 1933 avec l'arrivée de Hitler au pouvoir. La Gestapo détenait le pouvoir exécutif (droit d'arrestation) en matière politique.


Gehlen (Reinhard) - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Richard Gehlen est né en 1902. Durant les premières années de la République de Weimar, il s'engage dans la Reichswehr où il gravit les échelons sans problème. En pleine guerre (1942), il est nommé commandant des Fremde Heer Ost chargés de récolter et d'analyser les renseignements sur l'URSS pour le front de l'Est. Cette fonction lui permet d'exprimer un anticommunisme viscéral. Au printemps 1945, Gehlen propose à Walter Schellenberg la création de maquis en Pologne pour résister à l'avancée soviétique. En vain. Convoqué par Hitler, il lui fait un exposé de la situation du Reich sans fard. Le Führer n'apprécie pas la présentation de Gehlen. Il est révoqué le 9 avril 1945 et se retrouve au chômage technique dans la Führerreserve de l'OKH. Il profite des dernièrs passages vers le Sud de l'Allemagne pour y mettre en sûreté les archives des FHO. En juin 1945, il rencontre l'agent John Boker, capitaine des renseignements de l'US Air Force chargé des interrogatoires de prisonniers auquel il propose ses services, ses réseaux et son anticommunisme. Après une série de péripéties, l'armée confie le colis Gehlen au général Sibert qui l'installe en Allemagne dans la "Maison bleue" futur siège de son organisation qui recrute et recycle un tiers de ses agents parmi des anciens du SD et de la Waffen SS. Les Américains ne bougent pas. En juillet 1949, la CIA contrôle officiellement les réseaux Gehlen sous le nom de code Zipper.
L'année suivante, le gouvernement de la zone ouest d'occupation alliée est autorisé à monter un service de contre-espionnage. Le chancelier Andenauer propose que Reinhard Gehlen prenne la direction du futur BfV, une candidature qui soulève un tollé chez les Alliés. Mais le durcissement de la guerre froide va permettre à Gehlen d'être propulsé à la tête des services ouest-allemand qui deviennent le Bundesnachrichtendienst (BND) le 20 février 1956.


Général Bridoux - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

(1888-1955) Général Bridoux , secrétaire d'Etat à la Guerre du 18 avril 1942 au 27 mars 1943, date à laquelle son portefeuille est intitulé Défense nationale et Aviation. II siégera comme ministre commissaire aux Prisonniers de guerre à Sigmarin­gen, dans la commission gouvernementale créée par Brinon. Incarcéré en mai 1945, il s'évadera du Val-de-Grâce en juin 1947 et trouvera refuge en Espagne.


génocide Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le terme "génocide" est trop souvent appliqué à tort et à travers. Pour éviter les risques de banalisation et parfois même de manipulation, nous proposons la définition rigoureuse que donne l'historien François Bédarida au concept de génocide.

"Ce qui fait la spécificité du génocide au XXème siècle, ce sont trois caractéristiques :
- tout d'abord, un programme calculé d'extermination systématique d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ;
- ensuite, la puissance technique d'organisation, de rationalisation et de contrôle de l'Etat bureaucratique moderne ;
- enfin, la capacité de secret et / ou de camouflage dans l'exécution […]
En vérité, le propre du génocide est de franchir un seuil dans la notion d'humanité. Car c'est la négation même de la condition humaine : la transgression radicale."

-

Une action qui se définit par une distinction précise des populations visées, par l'intention de les détruire systématiquement, par la mise en oeuvre de moyens techniques adaptés et dépendants d'une organisation sociale efficace. [Jean-Clément Martin, Violence de guerre ( Les mots de la violence), Editions Complexes, 2002, p.40]


George S. Patton - USA Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

En fait, je ne propose pas de définition (vous êtes de bien plus grands spécialistes que je ne pourrais jamais l'être), mais je m'étonne de ne pas retrouver sa trace dans le glossaire...

Note : Le glossaire est en chantier permanent ! N'hésitez pas à participer et à déposer vos définitions ou courtes biographies.

FD


Georges Scapini - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

(1896-1976) Georges Scapini est à la tête du Service diplomatique des prisonniers de guerre à Berlin, avec le rang d'ambassadeur. Aveugle de guerre, député nationaliste de Paris depuis 1928, il se fit le défenseur des Croix-de-Feu au Parlement lors des événements de février 1934. Président du Comité France-Allemagne depuis sa fondation en 1935, il en décida la dissolution six mois avant la déclaration de guerre. Membre du Comité de liaison parlementaire pour la défense de la paix formé en août 1939, il vota les pleins pouvoirs à Pétain. Arrêté en mai 1945, mis en liberté provisoire, il se réfugiera en Suisse en novembre 1949 à l'ouverture de son procès; la Cour de justice de Paris le condamnera par contumace à cinq ans de travaux forcés. Après s'être constitué prisonnier, il sera acquitté le 26 juillet 1952 par le tribunal militaire de Paris.


Georges-Marc Benamou - Ecrivain Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

passionné par les premiers résistants et chroniqueur de la fin du règne mitterrandien.


Geschwader ((das)) - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Corps de troupe de la Luftwaffe équivalant à une escadre dans l'Armée de l'Air ou à un Wing dans la Royal Air Force ; un Geschwaderkommodor portant le grade d'Oberst (colonel) ou d'Oberstleutnant (lieutenant colonel) le commande.
En règle générale, le Geschwader regroupe 3 ou 5 Gruppen (groupes ou Squadrons), eux-mêmes divisés en 3 ou 5 Staffeln (escadrilles ou Flights), elles-mêmes composées de 3 ou 4 Ketten (patrouilles ou Sections) fortes de 3 ou 4 avions chacune.


GESTAPO - Geheime Staatspolizei - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Police secrète de l'Etat.
4e division (Amt IV) du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich).
Créée par décret de Göring en 1933 avant de passer sous l'autorité de Himmler et Heydrich, la Gestapo fut d'abord la police politique du parti nazi pour devenir police d'Etat en 1933 avec l'arrivée de Hitler au pouvoir. La Gestapo détenait le pouvoir exécutif (droit d'arrestation) en matière politique.


GFML - Groupement des forces mobiles au Levant - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

GFP - Geheime Feldpolizei - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Police secrète de campagne.

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z les nouveautés

 

Ou venez discuter d'une définition dans "A livre ouvert ..."

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

index.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  6 requêtes