Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Le Glossaire de Francis,
Jacques, Prosper, René et tous les autres ...

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z les nouveautés

 

D
à DF

 

Astuce !

En cliquant sur une vous lancez une recherche de ce terme dans les contributions et sujets du forum


DAA - Détachement d'armée des Ardennes - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DAE - Direction de l'Aryanisation économique - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Structure établie au sein du CGQJ (Commissariat Général aux Questions juives) [*], dont les compétences, après sa fusion avec le SCAP (Service de contrôle des administrateurs provisoires) [*] s'étendra à tout le territoire.

[*] voir ce terme


DAF - Détachement d'Armée française - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DAF - Deutscher Arbeitsfront - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Front du Travail allemand.
Le 10 mai 1933, le DAF voit le jour après la dissolution des syndicats et l'arrestation de leurs dirigeants. Le docteur Robert Ley, placé à la tête du DAF va s'employer à annihiler toute velléité syndicale pour en faire un instrument d'encadrement et de mobilisation du monde du travail.


DAK - Deutsches Afrika Korps - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Au départ la DAK, formée en février 1941 et commandée par Erwin Rommel pour soutenir les troupes de Mussolini, était le quartier général des divisions allemandes opérant en Afrique du Nord (Libye, Egypte et Tunisie). Par la suite, la DAK désignera l'ensemble du corps expéditionnaire allemand dans cette région.


Darlan (François) - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.


DAT - Défense aérienne du territoire Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DB - Division Blindée Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Une DB se compose organiquement de trois Régiments de Chars moyens, d'un Régiment de reconnaissance, d'un Régiment d'Infanterie porté à trois Bataillons, d'un Régiment de Tanks-Destroyers, d'une Artillerie divisionnaire à trois groupes de 105 automoteurs, d'un Groupe d'Artillerie antiaérienne, d'un Bataillon du Génie et de Services.
La DB se subdivise en trois Combat Command (CC).
(Source: Maréchal de Lattre).

-

2e DB est mythique - Voir Deuxième DB.


DBA - Demi-Brigade alpine - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DBAF - Demi-Brigade Alpine de Forteresse - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DBCA - Demi brigade de chasseurs alpins - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DBCP - Demi-brigade de chasseurs à pied - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DBFP - Documents of British Foreign Policy - Grande-Bretagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Abréviation bien souvent utilisée par les historiens, en note de bas de page, en mention de leurs sources.


DBLE - Demi Brigade de la Légion Etrangère - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

La 13e DBLE s'est illustrée de 1940 à 1945.
Voir 13e.


DBP - Dien Bien Phu - Indochine Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DBUS - Division Blindée américaine Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DC - Division de cavalerie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DCA - Défense Contre Avions - Divers Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Défense anti-aérienne.
Les Anglo-Saxons diront AA (Anti-Aircraft).


DCB - Défense Contre Blindés Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

DCC - Décision du Chef de Corps - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le militaire qui reçoit une feuille de mutation, de corvée patates, etc... dont la signature est précédée de DCC saura à quoi s'en tenir.


DCR - Détachement de circulation routière Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

A ne pas confondre avec la MP (Military Police).
Les DCR de la 2e DB mérite un éclairage particulier. Leur rôle, souvent peu connu, était de dégager la route des convois. Dans les zones de combats, les hommes des DCR avaient la mission primordiale de se rendre en terrain ennemi pour repérer et flécher les itinéraires que prendront le lendemain les chars et autres véhicules de la 2e DB.
(Merci à Bertrand dont le grand-père était motard dans cette unité. Nombre de ses amis y laissèrent leur vie).


DCR - Division cuirassée - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Contrairement à une croyance répandue, DCR ne veut pas dire Division Cuirassée de Réserve, mais Division Cuirassée. Le "R", qui était à l'origine un "r" n'a été ajouté que pour faire la différence avec les DC, Divisions de Cavalerie. (communiqué par J.R. Gorce)


DDI - Documenti diplomatici italiani - Italie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Abréviation bien souvent utilisée par les historiens, en note de bas de page, en mention de leur source.


DDOD - Grande-Bretagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

D.D.O.D : Deputy Director Operations Division of the Admiralty ou Secret Intelligence Service


DDP - Deutsche Demokratische Partei - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Parti démocrate allemand. Le DDP prendra à partir de 1930 le nom de DSP (Deutsch-sozialistische partei) ou Parti socialiste-allemand avant de fusionner avec le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiter Partei) ou Parti nazi.


Déat (Marcel) - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

(1894-1955)
Membre de la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière), Marcel Déat est élu député de 1926 à 1923 et de 1932 à 1936. Sous l'influence de Henri de Man (socialiste belge, théoricien du "planisme"), il préconise le dirigisme économique de l'Etat. Exclu de la SFIO en 1933, Déat fonde le Parti socialiste de France(*) puis en 1935, l'Union socialiste et républicaine qui participe à la majorité du Front Populaire. Son article "Mourir pour Dantzig?" publié dans "L'Oeuvre" fait de lui le chef des pacifistes de gauche. Le 10 juillet 1940 il vote les pleins pouvoirs à Pétain. En 1941, partisan inconditionnel de la collaboration avec l'occupant allemand, il fonde le RNP (Rassemblement National Populaire). Il collabore également à la fondation de la LVF (Légion des Volontaires Français) contre le bolchevisme. A la Libération, réfugié en Italie, il est condamné à mort par contumace.

(*) ne pas confondre avec le Parti social français créé par le colonel de la Rocque en 1936.


Décision du Chef de Corps - DCC - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le militaire qui reçoit une feuille de mutation, de corvée patates, etc... dont la signature est précédée de DCC saura à quoi s'en tenir.


Decoux (Jean) - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Jean Decoux est né a Bordeaux le 5 mai 1884.
Il est admis a l'école navale en 1907 à 17 ans. Il en sort en 1903, 19° sur 82. Il est un jeune aspirant de 2° classe.

Le 5 octobre 1904, il est aspirant de 1ère classe alors qu'il se trouve sur le croiseur Le Gatinat. En 1905, il embarque sur le croiseur Le Protet. Toujours très bien noté, il est enseigne de vaisseau le 5 octobre 1906 et se trouve sur le cuirassé Desaix en 1907. De 1909 à 1910 sur Le Patrie, la cannonière Surprise de 1911 à 1912 et le torpilleur d'escadre Hoche en 1913.

Lieutenant de vaisseau, le 5 octobre 1913, il commande alors le sous-marin Volta de 1914 à 1916. Il est au ministère de la marine entre 1917 et 1918 et est alors fait chevalier de la légion d'honneur, le 14 juillet 1917.Au commande de la cannonière Gracieuse de 1918 à 1919. Il rejoint ensuite l'école supérieure de la marine de 1919 à 1921. Il se trouve être capitaine de corvette a partir du 19 octobre 1920 puis il commande l'aviso Liévin de 1921 à 1922. Il est capitaine de frégate, le 24 avril 1923. Puis il épouse Suzanne Humbert le 19 mai 1923. Au service historique de la marine en 1923 puis à l'état-major en 1924. Il est aux commandes de l'aviso Cassiopée en 1925-1926 puis est officier de la légion d'honneur en 1926. Ministère de la marine, en 1927-28 ou on le retrouve adjoint du directeur du personnel militaire. Il devient capitaine de vaisseau en 1929. L'année suivante, il commande le croiseur Primauguet de 1930 à 1931. Etat-major de la marine des 1931, sous chef puis chef de la section d'étude des armements navales. Il est conférencier à l'école des sciences politiques en 1935 puis contre-amiral le 18 février 1935 et au ministère de la marine jusqu'en 1936 ou il est commandeur de la légion d'honneur, le 2 juillet. Il commande la 3° division de croiseurs en 1937-1938.

Il est nommé, le 19 janvier 1939, commandant en chef des forces navales en Extrême-Orient; il est vice amiral le 11 avril puis vice amiral d'escadre le 12 mai.Gouverneur général de l'Indochine, le 25 juin 1940, en remplacement du général Catroux. Il est grand officier de la légion d'honneur, le 1° juillet 1941.Haut commissaire de France dans le pacifique, le 19 décembre 1941. Le 6 janvier 1944, mort de son épouse dans un accident d'automobile. Elle est inhumée au couvent de filles de la charité de Saint-Vincent de Paul à Dalat ou elle se trouve toujours.

Le 9 mars 1945, c'est la fin de l'Indochine Française et placement en résidence jusqu'à son retour en métropole le 1° octobre 1945. Hospitalisé au Val de Grâce puis à Frênes, il est arrêté pour être traduit devant la haute-cour de justice. Le 3 mai 1946 par décret, il est révoqué sans pension. Il finit par obtenir le non lieu par décret le 3 mai 1949 avec effet le 6 juin 1949. Il sera réhabilité légalement le 4 novembre 1951 après parution au journal officiel. Il récupérera tous ses droits, titres, pensions ou décorations avec effets rétroactifs...

Il se remarie en octobre 1949, avec Marguerite Baehme mais elle décèdera en 1955. Tentative politique avec la création de l'Union des Nationaux et Indépendants Républicains (UNIR) de Jacques Isorni. Il meurt à Paris, le 20 octobre 1963. Ses obsèques ont lieu à la cathédrale Saint-Louis des Invalides en présences, entre autres, du Maréchal Juin et du général Weygand.

source: L'amiral Jean Decoux; le dernier gouverneur de l'Indochine de 1940 à 1945, Jacques Decoux; ALPE, 2009.
(Merci à Laurent Boussaton)


décret Crémieux Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le décret Crémieux, du 24 octobre 1870, accorde la citoyenneté française aux Israélites, résidents en Algérie.
Le décret sera aboli, sous Vichy, par la loi du 7 octobre 1940 portant abrogation du décret du Gouvernement de la défense nationale du 24 octobre 1870 et fixant le statut des juifs indigènes des départements de l'Algérie.


Défense aérienne du territoire - DAT Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Défense Contre Avions - DCA - Divers Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Défense anti-aérienne.
Les Anglo-Saxons diront AA (Anti-Aircraft).


Défense Contre Blindés - DCB Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Défense Terrestre Contre Aéronefs - DTCA - Belgique Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Les Belges pour se distinguer de leurs voisins du sud causaient DTCA plutôt que DCA.


Délégation française à la commission allemande d'armistice - DFCAA - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le plus souvent abrégé en DFA (Délégation Française de l'Armistice allemand) siégeant à Wiesbaden.


Délégation française à la commission italienne d'armistice - DFCIA - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le plus souvent abrégé en DFI (Délégation Française de l'Armistice italien) siégeant à Wiesbaden


Délégation Française de l'Armistice allemand - DFA - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Se décline également en DFCAA (Délégation française à la commission allemande d'armistice) siégeant à Wiesbaden.


Délégation Française de l'Armistice italien - DFI - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Se décline également en DFCIA (Délégation française à la commission italienne d'armistice) siégeant à Wiesbaden


Demi brigade de chasseurs alpins - DBCA - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Demi Brigade de la Légion Etrangère - DBLE - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

La 13e DBLE s'est illustrée de 1940 à 1945.
Voir 13e.


Demi Brigade de la Légion Etrangère (Treizième) - 13e DBLE - France libre Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Ici, DB signifie demie brigade et n'a rien de blindé en dehors des estomacs. La 13e Demie Brigade de Légion Etrangère, (fugitivement 14e) fut constituée par des légionnaires revenus en Angleterre après leur succès en Norvège et qui s'engagèrent dans la France Libre à ses tout débuts. Il allait constituer une forte part de la 1e DFL et seront de tous ses combats, de Dakar à la Libération en passant par Bir Hakeim.
Historique de la 13e DBLE - Ordre de la Libération


Demi-Brigade alpine - DBA - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Demi-Brigade Alpine de Forteresse - DBAF - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Demi-brigade de chasseurs à pied - DBCP - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Détachement d'armée des Ardennes - DAA - France 1940 Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Détachement d'Armée française - DAF - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions

Détachement de circulation routière - DCR Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

A ne pas confondre avec la MP (Military Police).
Les DCR de la 2e DB mérite un éclairage particulier. Leur rôle, souvent peu connu, était de dégager la route des convois. Dans les zones de combats, les hommes des DCR avaient la mission primordiale de se rendre en terrain ennemi pour repérer et flécher les itinéraires que prendront le lendemain les chars et autres véhicules de la 2e DB.
(Merci à Bertrand dont le grand-père était motard dans cette unité. Nombre de ses amis y laissèrent leur vie).


Deutsche Arbeitsfront - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

"Front du travail": créé le 1e mai 1933 en remplacement des syndicats interdits par le régime. Le Deutsche Arbeitsfront contrôle l'emploi, les salaires et les assurances sociales.


Deutsche Demokratische Partei - DDP - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Parti démocrate allemand. Le DDP prendra à partir de 1930 le nom de DSP (Deutsch-sozialistische partei) ou Parti socialiste-allemand avant de fusionner avec le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiter Partei) ou Parti nazi.


Deutsche Volkspartei - DVP - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Parti populiste allemand qui rassemblait les milieux d'affaires, ralliés du bout des lèvres à la république et restés monarchistes de coeur.


Deutsche-Vlämische Arbeitsgemeinschaft - DEVLAG - Belgique Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Association culturelle germano flamande, puis mouvement collaborationniste


Deutscher Arbeitsfront - DAF - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Front du Travail allemand.
Le 10 mai 1933, le DAF voit le jour après la dissolution des syndicats et l'arrestation de leurs dirigeants. Le docteur Robert Ley, placé à la tête du DAF va s'employer à annihiler toute velléité syndicale pour en faire un instrument d'encadrement et de mobilisation du monde du travail.


Deutsches Afrika Korps - DAK - Allemagne nazie Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Au départ la DAK, formée en février 1941 et commandée par Erwin Rommel pour soutenir les troupes de Mussolini, était le quartier général des divisions allemandes opérant en Afrique du Nord (Libye, Egypte et Tunisie). Par la suite, la DAK désignera l'ensemble du corps expéditionnaire allemand dans cette région.


Deutschnationale Volkspartei - DNVP - Allemagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Parti populaire national-allemand. De tendance d'extrême-droite, le DNVP rassemblait les conservateurs et les milieux d'affaires. Violemment antisémite, le DNVP militait pour une restauration de la monarchie.


Deuxième Division Blindée - 2e DB - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Division mythique et pourtant bien réelle commandée par le général Leclerc. Symbole politique du renouveau et de la réunification de l'armée française. Elle n'est qu'une des 8 divisions françaises qui débarqueront en août 1944 et participèrent à la libération de la France avec les Alliés, mais elle les a un peu éclipsées. Elle est principalement connue pour la libération de Paris et Strasbourg qui furent pourtant ses combats les plus faciles.

La 2e DB fut divisée en 4 groupements tactiques (GT) désignés par l'initiale du nom de leur commandant.


Deuxième Division Française Libre - 2e DFL - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

La 2e Division Française Libre n'exista que quelques mois et vécu péniblement dans la chaleur du désert libyen, éloignée pour éviter les désertions ... de ceux qui voulaient quitter l'Armée d'Afrique pour la rejoindre.

Elle fut constitué par la Colonne Leclerc (ou Force L) venant du Tchad et la Colonne Volante venant d'Egypte.

Elle se transforma ensuite en 2e DB en amalgamant des régiments de l'Armée d'Afrique et en s'équipant "à l'américaine".


DEVLAG - Deutsche-Vlämische Arbeitsgemeinschaft - Belgique Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Association culturelle germano flamande, puis mouvement collaborationniste


Dewavrin (André) - France libre Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Sous le pseudonyme de "Passy" ou "colonel Passy", André Dewavrin, dès le début de la guerre, met sur pied le SR (Service de Renseignements) de Forces Françaises Libres. Le SR deviendra rapidement le BCRAM (Bureau Central de Renseignements et d'Action Militaire) puis le BCRA (Bureau Central d'Action Militaire). En juin 1943, le colonel Passy prend la direction technique de la DGSS (Direction Générale des Services Spéciaux), résultat de la fusion du BCRA avec les Services Spéciaux du général Giraud. En février 1944, le colonel Passy rejoint le général Koenig et devient son chef d'Etat-major.
Compagnon de la Libération - Biographie


DFA - Délégation Française de l'Armistice allemand - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Se décline également en DFCAA (Délégation française à la commission allemande d'armistice) siégeant à Wiesbaden.


DFC - Distinguished Flying Cross - Grande-Bretagne Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Créée le 3 juin 1918, la DFC était décernée aux pilotes de la RAF pour des actes de bravoure lors d'opérations contre l'ennemi.


DFCAA - Délégation française à la commission allemande d'armistice - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le plus souvent abrégé en DFA (Délégation Française de l'Armistice allemand) siégeant à Wiesbaden.


DFCIA - Délégation française à la commission italienne d'armistice - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Le plus souvent abrégé en DFI (Délégation Française de l'Armistice italien) siégeant à Wiesbaden


DFI - Délégation Française de l'Armistice italien - Vichy Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Se décline également en DFCIA (Délégation française à la commission italienne d'armistice) siégeant à Wiesbaden


DFL - Division Française Libre - France Rechercher cette entrée dans les sujets ou les contributions
-

Elles sont deux. C'est probablement la première que vous cherchez. Vous la trouverez sous "Première ..." ou "1e DFL"
Si c'est la deuxième, elle vous attend également.

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z les nouveautés

 

Ou venez discuter d'une définition dans "A livre ouvert ..."

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

index.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  6 requêtes