David Schœnbrun : chez les Américains aussi ! - L'Afrique du Nord dans la guerre : 1939-1945 - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

L'Afrique du Nord dans la guerre : 1939-1945 / Christine Levisse-Touzé

En réponse à -9 -8* -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Clark de 

David Schœnbrun : chez les Américains aussi ! de René CLAUDE le mercredi 24 mars 2004 à 14h44

Alors à l'avenir, j'écrirai Clark.
Merci.
***
Dans son livre "Soldats du silence", un récit que l'on peut aussi considérer comme un essai personnel sur des résistants français en métropole et en AFN, David Schœnbrun, qui fut correspondant de guerre et agent d'influence très favorable aux résistants algérois puis à la France libre, écrit :
"Il existait un homme qui savait exactement ce qui se passait en AFN à l'automne 1942, car ses agents opéraient dans toute la région, du Maroc à la Tunisie en passant par l'Algérie. Espion N°1 de l'Amérique, il avait été chargé par Franklin Roosevelt de créer une organisation de renseignements s'étendant dans le monde entier.(...) William-Joseph Donovan."

En relation avec votre précédent message, est-ce que Schœnbrun n'exagère pas un peu les connaissances de "Wild Bill" Donovan... ?
L'auteur ajoute :
"Le principal agent américain en Afrique du Nord était le consul Robert Murphy, rattaché au département d'Etat. Murphy envoyait ses rapports au secrétaire d'Etat Cordell Hull, tandis que Donovan rendait directement des comptes au président Roosevelt. La politique de Murphy s'opposait fréquemment à celle de Donovan, si bien que les deux hommes(...) s'affrontaient souvent. Les Français libres et les dirigeants de la Résistance intérieure ne parvinrent jamais à démêler l'écheveau embrouillé des relations entre agents américains, ce qui fut à l'origine de maints problèmes."
(p. 203-204)

On constate que les services américains semblaient aussi complexes aux yeux des résistants français que les cercles algérois parurent "impossibles" aux yeux des agents et officiers américains... !

Auriez-vous découvert des traces de contacts entre Donovan et certains officiers de l'armée d'Afrique ?

Bien codialement,

RC

*** / ***

lue 1509 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes