Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

Le chagrin et le venin / Pierre Laborie

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Je ne connais pas toute l'histoire de la Suisse de Etienne Lorenceau

moi non plus de Christian Rossé le jeudi 25 octobre 2018 à 02h00

Monsieur Lorenceau,

Apparemment, vous ne voyez pas en quoi vous m’avez attaqué – ou feignez de ne pas le voir. Vous écrivez : « Ne voyez pas dans mes critiques ponctuelles sur le sujet du Brigadier Masson ou du fils du Général Guisan, une attaque personnelle de votre travail remarquable, qui fait partie de mes plaidoiries à décharge, ou une condamnation de la nécessairement imparfaite neutralité ("évolutive" sans conotation péjorative dans ce terme) suisse. »

Là est toute la question. Je ne fais pas de plaidoirie à décharge, parce que je ne mène pas d’instruction à décharge, parce que je ne mène pas d’instruction du tout. Et je ne rends pas de jugement. Je ne mène pas une enquête non plus.

Je fais des recherches et je livre le fruit de mes recherches. Je réponds surtout aux questions qui sont au cœur de ma problématique. Elles sont, par exemple, pour mon premier livre : comment le SR suisse estimait la menace allemande ? par quelle méthode ? comment cette estimation évolue dans le temps ? qui sont les hommes qui l’établissent ? Dans le second, les questions sont plus : qui passe la frontière clandestinement avec des renseignements ? à qui ces derniers sont-ils destinés ? cette communauté qui les reçoit, quelle est sa nature ? quelle est l’influence de son établissement en Suisse sur la politique de neutralité du gouvernement ? Ce genre de questions.

Le problème n’est donc pas les « critiques ponctuelles » sur Masson. En écrivant que j’ai fait « plus un plaidoyer pour LA Suisse qu'une appréciation objective », vous niez que j’ai fait mon travail d’historien avec déontologie. Je suis en droit d’exiger sinon que vous en fassiez la démonstration, du moins que vous étayiez un minimum vos accusations. Et ce n’est pas en montrant que ma description de Masson est erronée – ce qui, au passage, reste à démontrer – que vous aurez fait le moindre pas dans ce sens.

*** / ***

lue 373 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Pertinence et probité de René CLAUDE 28 octo. 2018 11h15

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le chagrin et le venin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes