Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Ce que savaient les Alliés / Christian Destremau

En réponse à -19 -18 -17 -16 -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Ici et là de Boisbouvier

Ben oui ! Des regrets après, à son procès ! de Francis Deleu le mercredi 02 décembre 2009 à 17h38

Bonsoir,
A la question (Francis)
- "Quelles erreurs a reconnu Pétain et quand ?..... à la veille de la Libération ??"

- "Anonymé" répond : Non, après, à son procès et en privé.
Connaissez vous des criminels qui, lors de leur procès, n'ont pas reconnu leur erreur.... mieux généralement ils reconnaissent leur culpabilité... Pétain non !

En privé ! Effectivement à la veille de la Libération, Pétain confiait à l'amiral Auphan (je recopie ce que j'écrivais il y a peu)

Auphan écrivait en 1971 :
Cette distinction entre deux catégories de Français, les Juifs et les non-Juifs, était pénible et peut être jugée intolérable par ceux qui méconnaissent le fond du problème. Elle n'était que la transcription sociale d'un grand mystère : l'incapacité qui empêche le peuple de la Bible, pourvu par ailleurs de tant de dons de l'esprit et du coeur, de retrouver un équilibre collectif depuis la mort du Christ ou de s'assimiler complètement, autrement que par une longue conversion familiale, à des notions chrétiennes. Le maréchal Pétain était trop humain pour ne pas avoir souffert de décisions qu'il ne prit que par devoir, dans l'intention de préserver la nation d'influences étrangères à son essence. Un jour de 1944 où il faisait devant moi, en tête à tête, le bilan de son oeuvre, la seule chose qu'il lui advint, sinon de regretter, du moins d'estimer peut-être trop sévère pour ne pas appeler correction, fut le statut des Juifs.
(Histoire élémentaire de Vichy)
Soulignons déjà cette phrase
... la seule chose qu'il lui advint, sinon de regretter, du moins d'estimer peut-être trop sévère pour ne pas appeler correction, fut le statut des Juifs.

Que de conditionnels : pas de regret - estimer peut-être - trop sévère (sévère tout de même)
C'est le même Pétain qui, quelques jours avant la Libération de Paris, condamnait non pas la Milice mais les exactions de la Milice. Il était temps d'assurer ses arrières n'est-il pas ?

La palinodie n'était pas son genre écrivez-vous !

Allons donc ! Opportuniste (voir plus haut), comediante-tragediante. Exemple : l'enlèvement du maréchal .... superbe mise en scène

Qui a écrit cette "Histoire élémentaire de Vichy" ? Je l'ai indiqué : l'amiral Auphan.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 630 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 A bas l'ingratitude de Boisbouvier 02 déc. 2009 17h54
1 Pétain et Maurras de Boisbouvier 02 déc. 2009 18h14

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ce que savaient les Alliés

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes