lectures croisées - Le sec et l'humide - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 11 mai 2008 à 19h24

Le sec et l'humide / Jonathan Littell

En réponse à -4 -3 -2
-1C'est vrai de 

lectures croisées de 13emeDBLE le mercredi 07 mai 2008 à 10h48

Je me suis senti obligé de recadrer mon intervention par rapport à la votre : je n'ai pas lu les "Bienveillantes", donc ce livre est pour moi un essai autonome et je ne l'ai pas fini.

En outre, les histoires de "pine au cul" se limite à une seule saillie (sic) drôlatique de l'auteur, après un long développement sur l'incompatibilité de principe entre fascisme et homosexualité, même refoulée (c'est assez novateur, convenez-en, par rapport à l'archétype de "l'officier SS pédéraste").

Pour le reste, je n'ai pas sollicité d'excuses, votre opinion étant aussi respectable que la mienne, surtout lorsqu'elles sont fondées sur des lectures très différentes (vous après les Bienveillantes, moi sans...).

Ayant avancé dans ma lecture, je confirme donc que l'analyse de l'être fasciste, sous l'angle psychanalytique (du point de vue de la méthode) est intéressante, notamment en ce qu'elle ouvre des champs de réflexion passionnants et nouveaux.

En revanche, l'auteur ne va pas assez loin à mon sens dans cette analyse, se limitant à ajouter des démonstrations de l'opposition du "sec et de l'humide" (je comprends mieux votre ressenti de "tourner en rond"). Une fois que l'on a compris l'existence de cette opposition, on aimerait aller au-delà plutôt que de continuer à en relever des manifestations. D'où ma précision : la psychanalyse n'est dans cet essai qu'une méthode.

Peut-être l'auteur va-t-il franchir le pas à la fin du livre (que je n'ai pas encore atteinte) ?

Sinon, il appartiendra au lecteur de le faire (c'est aussi l'intérêt d'un essai que d'ouvrir des portes que chacun franchira à sa façon).

Enfin, pour rebondir sur votre lecture croisée, très différente de la mienne (mais je ne l'ai pas fini et je n'ai pas lu l'autre bouquin... oui je sais je radote ;-), je n'ai pas à ce stade de la lecture votre ressenti sur le caractère générique du fasciste : vous excluez de "l'être fasciste" les guerrilleros communistes ou post-communistes qui peuvent pourtant en être aussi (tels Pol pot ou Bassaev).

Au passage on a quand même statistiquement plus de fasciste dans l'armée qu'à l'Opéra de Paris, non ?

;-)

Je constate enfin que vous semblez donner beaucoup de crédit aux prétendues analyses psy du fascisme commises dans les "milieux d'extrême-gauche" (marrant cette expression impossible). Vous êtes bien le seul et ce livre n'en fait pas partie...

Je poursuis ma lecture...

Cordialement,

CM

*** / ***

lue 735 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Sévèrement pinue de Auteur anonymé 07 mai 2008 22h20
2 occupé ailleurs... de 13emeDBLE 07 mai 2008 23h47


 

Participer à l'ensemble du débat sur Le sec et l'humide



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes