Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Jean Moulin / Daniel Cordier

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1L'éditeur du livre de Baynac de René CLAUDE

Aubry passa entre les gouttes... de René CLAUDE le vendredi 16 avril 2004 à 14h31

Bonjour,

Le mérite du livre de Jacques Baynac est de mettre le doigt sur quelques unes des pistes "oubliées" par les enquêteurs et les chercheurs.
Le cas Aubry, par exemple.
Voilà un cadre de Combat qui porte une part de responsabilité indéniable dans le chute de Jean Moulin et pourtant, il fut comme amnistié après la Libération par les juges, par ses compagnons et par la mémoire.
Suivons Baynac :
C'est l'ensemble de l'attitude d'Aubry, avant comme après Caluire, qui apparaît étrange.
Que dire de son incompréhensible conduite à propos du rendez-vous Hardy-Delestraint, sinon qu'elle est d'autant plus supecte que c'était lui qui, le 24 mai, lors d'une réunion de Gastaldo et Delestraint, avait décidé qu'Hardy irait les rejoindre à Paris ?
Comment expliquer son comportement bizarre ensuite, décrit par Mme Raisin comme très perturbé, un état qui l'amenait, comme il l'a dit lui-même, à oublier un rendez-vous avec Defferre ?
Comment expliquer sa soumission à la Gestapo après Caluire, quand, après avoir été maltraité, il fit des déclarations consignées en cinquante-deux pages, accepta de diriger un faux journal clandestin, puis être libéré sous contrôle allemand (audition Aubry du 5 avril 1949), liberté relative dont il ne profita pas pour vite disparaître et rejoindre ses anciens amis, attendant la Libération pour confesser ses fautes à Raymond Aubrac, alors commissaire de la République à Marseille, lequel, avec une magnanimité tranchant sur son acharnement envers Hardy, se borna à lui demander "d'essayer de se racheter" ?(...)
Comment ne pas partager la discrète suspicion de François-Yves Guillin qui, dans sa biographie de son ancien chef et ami, le général Delestraint, fait grand cas du témoignage d'un déporté, Jean Sussel, selon lequel, à Dachau, le chef de l'A.S. lui avait révélé avoir "été arrêté sur dénonciation d'une personne assez importante de son entourage immédiat, qui avait assisté à son interrogatoire à la Gestapo et à qui l'officier interrogateur allemand avait remis une enveloppe pour le prix de ses services", aucune de ces précisions ne pouvant concerner Hardy ?

(p.367-368 in "Les secretsde l'affaire Jean Moulin")

On sait qu'il ne faut jamais prendre un témoignage pour argent comptant et que cette affaire de Caluire est pleine de zones d'ombres; il n'en demeure pas moins que le parcours d'Aubry, les conditions de son retournement et ses conséquences n'ont pas été étudiés comme le furent les faits et gestes d'Hardy dans le cadre de Caluire.

Bien cordialement,

RC

*** / ***

lue 539 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Un coupable désigné. de Jean-Robert GORCE 18 avril 2004 19h34

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes