Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Présumé Jean Moulin / Jacques Baynac

En réponse à -19* -18 -17 -16 -15* -14 -13 -12 -11 -10* -9 -8* -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Réponse à N. Bernard de Jacques Baynac

Réponse décevante... (1) de Nicolas Bernard le samedi 10 mars 2007 à 13h50

... d'autant plus décevante que vous nous annoncez votre départ, alors que je comptais également aborder votre théorie sur l'évasion de René Hardy ou votre analyse du témoignage d'Edmée Delettraz.

Histoire d'être clair, et pour répondre à votre dernier paragraphe : je n'ai aucune autre cause à défendre que celle de la vérité historique. Je me tape et contre-tape, en l'espèce, de ce que l'affaire Caluire peut m'apporter ou non. Je ne suis ni l'ami de Daniel Cordier, que je ne connais pas et qui ne me connaît pas, ni l'adepte de Pierre Péan, ni un proche parent de Jean-Pierre Azéma, et encore moins un suppôt de François Delpla - comme ce dernier a pu d'ailleurs s'en rendre compte à diverses reprises. Je ne m'inscris pas dans une croisade contre vous, car je ne vous connais pas autrement que par vos livres, articles, entretiens et interventions télévisées. J'ai même, je dois l'avouer, apprécié vos ouvrages sur la Russie bolchevique.

En d'autres termes, il ne s'agit pas de lancer un procès Nicolas Bernard vs. Jacques Baynac. Je ne me prends pas non plus pour Rocky Balboa. En ce qui me concerne, et après étude serrée et dépassionnée du dossier, la trahison de René Hardy relève de l'évidence - alors que j'en doutais dix ans auparavant. Vos deux ouvrages ne m'ont à cet égard absolument pas convaincu. Ce qui ne signifie pas que, à supposer que vous daigniez débattre avec moi ou d'autres sur cet espace, je sois incapacable de réviser mon opinion. Je l'ai déjà fait sur d'autres sujets, et nul ici n'est à même de remettre en cause mon honnêteté intellectuelle - autre point sur lequel je ne transigerai jamais, ce qui m'a valu quelques inimitiés.

J'ose ajouter que j'ai déjà débattu à de nombreuses reprises sur l'affaire de Caluire avec des contributeurs qui étaient en désaccord avec moi, et ces discussions se sont déroulées dans d'excellentes conditions. Pour l'anecdote, la majorité de mes contradicteurs s'est déclarée convaincue par mon argumentation, l'autre partie l'ayant laissée sans réponse et n'étant depuis pas revenue sur ce point.

Enfin, je ne vais pas pousser des hauts cris quant au ton que vous employez à mon égard, même si je le trouve révélateur d'une certaine manière de raisonner qui, à mon sens, n'est guère compatible avec la méthodologie historienne. Je préfère toutefois mille fois votre franchise à une hypocrisie larvée comme j'ai hélas pu en rencontrer sur certains forums et surtout newsgroups.

Bref, j'espère de nouveau avoir affaire avec vous, ne serait-ce que pour permettre au lectorat de ce forum et d'Internet de se faire une idée plus juste, par le biais de nos arguments et de leur réflexion personnelle, des circonstances ayant amené l'arrestation de Jean Moulin.

Pour revenir au fond, je causais de votre mode de raisonnement. Tout se passe chez vous, ici comme dans votre livre, comme si le mensonge, la falsification, le secret étaient la règle chez les protagonistes. Vous éprouvez notamment des difficultés à admettre qu'une faute de frappe ne soit pas un mensonge. Vous me prêtez des intentions nauséabondes s'agissant de vos expressions "preuve écrite ou matérielle" et "vidées de substance", alors qu'il s'agit d'erreurs de frappe qui ne remettent nullement en cause ce que j'écris. Au passage, j'ai rédigé mon message sur le rapport Kaltenbrunner dans un laps de temps assez court, qui ne m'a pas laissé la possibilité de le relire. La voilà, la vérité, et non point dans une mienne intention de vous faire passer pour un escroc.

Ma réponse vaut également pour votre accusation de falsification : "Plus loin, vous falsifiez carrément ce que j'ai écrit en me faisant dire que Lutgens "avouera, LE 16 OU LE 17 JUIN, qu'il (Heilbron) a été trahi par Hardy." J'ai écrit, en toutes lettres, que Lutgens a dit cela à Heilbron le 25. C'est-à-dire après Caluire, et non avant - ce qui n'est pas sans importance - Heilbron ne le croyant pas. Nul doute qu'avec une lecture aussi attentive on puisse bâtir des romans et des légendes.

Nulle falsification de ma part - que vous ne démontrez d'ailleurs pas, puisqu'il vous faut établir l'élément intentionnel. J'ai commis une simple erreur de lecture suscitée par l'équivoque de votre phrase (PJM, p. 748). Vous écrivez par ailleurs que l'aveu, fait par le SS Lutgens à Heilbronn, de sa trahison par Hardy, date du 25 juin. Or, dans sa déposition du 13 avril 1948, Heilbronn la date du mercredi 25 août (cf. René Hardy, Derniers mots, Fayard, 1984, p. 227). Vous le rappelez dans une note infrapaginale (PJM, p. 748, note 4), mais retenez malgré tout la date du 25 juin, proposée par Heilbronn en 1950, sans expliquer pourquoi, alors qu'une telle confusion est de nature à prouver certaine imprécision chronologique de ce témoignage.

En conséquence, je vous prierai d'être davantage prudent dans vos accusations, lesquelles vicient vos raisonnements. A titre d'exemple, j'ai été assez ébranlé par votre démonstration entourant le parachutage de Frederic Brown dans PJM, mais cette dernière est considérablement affaiblie par vos considérations "conspirationnistes" du même acabit.

Mais revenons donc au rapport Kaltenbrunner.

Ce dernier mentionne bel et bien que René Hardy a trahi. Il commet peu d'erreurs dans sa recension des faits, ainsi que je l'ai démontré plus haut.

Mais vous ne croyez pas à ce rapport. Selon vous, il relève d'un complet délire mythomane de Barbie, obsédé de camoufler ses bourdes et de se venger de René Hardy. Or, votre affirmation repose sur des assertions inexactes et des omissions, comme je l'ai montré. Et comme je le montre de nouveau par le présent message.

Pour rappel, le rapport Kaltenbrunner révèle que René Hardy (alias "Didot") a livré son adjoint Max Heilbronn au SD. Or, Heilbronn a toujours déclaré n'avoir jamais cru à la responsabilité de René Hardy dans cette affaire. Mais ces déclarations ne constitue pas une preuve, et ne résistent d'ailleurs pas à l'analyse, même superficielle.

Vous écrivez ceci : "Pourquoi ce dernier, qui n'aimait pas du tout Hardy et qui, de surcroît, appartenait au réseau Frédéric, celui de Manhès, le meilleur ami résistant de Moulin, et qui, ne serait-ce qu'à ce titre, aurait eu toutes raisons d'accabler Hardy, a-t-il toujours publiquement et courageusement, exprimé sa conviction de l'innocence de Hardy dans sa capture - ce qui lui valut d'être traîné dans la boue par les partisans de la culpabilité de Hardy, comme je le relate dans Présumé ?"

Passage qui m'amène à développer les commentaires suivants :

1) Heilbronn, ennemi de René Hardy ? Je vous demanderai de produire vos sources, car c'est bien la première fois que j'entends parler d'un tel fait. Dans ses Derniers mots, René Hardy lui-même explique que "sa loyauté est restée inentamée malgré les épreuves et, quelquefois, les accrochages que nous avons eus jadis dans notre commun travail. Le temps a passé, Harel ne m'a pas renié." (p. 230) Heilbronn était son adjoint et plus proche collaborateur au sein du même réseau, son "camarade de combat" comme vous l'écrivez (PJM, p. 747) et il ne pouvait supporter René Hardy ? Tout ce que je sais à leur sujet, c'est qu'ils se sont accrochés sur l'élaboration de plans de sabotage de voies ferrées. D'ailleurs, si vraiment il ne pouvait pas le voir en peinture, René Hardy avait intérêt à le rappeler, ne serait-ce que pour améliorer sa crédibilité...

2) Quand bien même eussent-ils été ennemis, que les explications de Heilbronn quant à la prétendue innocence de René Hardy dans son arrestation ne constituent nullement une "preuve écrite ou matérielle", mais une impression, une hypothèse, une "supputation" de sa part, aussi recevables et pertinentes que l'accusation de trahison lancée contre Hardy par le général Délestraint, dont on sait qu'il se trompait. Le rapport Kaltenbrunner explique bel et bien que René Hardy a livré Heilbronn : c'est un document écrit, émanant du RSHA. Qui plus est, le témoignage de Gastaldo tend à indiquer qu'au moins le 11 juin le SD savait que "Didot" était René Hardy - or, Heilbronn sera arrêté le lendemain. Et il sera arrêté aussitôt après avoir rencontré ce dernier, lequel partira de son côté libre comme l'air.

3) Qu'enfin les interrogateurs allemands accusent Heilbronn d'avoir été "Didot" ne prouve rien en soi. Comme l'a relevé Henri Noguères, qui estime que le groupe Werth, ayant arrêté Heilbronn, opérait sans liaison avec Barbie, "Barbie pouvait avoir déjà identifié Didot sans que Werth l'ait su." (La vérité aura le dernier mot, Seuil, 1985, p. 165) Ou alors, et j'adhère à cette théorie dont je revendique au demeurant la paternité, s'est-il agi de conforter les premières impressions du SD, et de confirmer aux supérieurs de Barbie et Werth que "Didot" était bel et bien Hardy. L'arrestation de Heilbronn, quelques secondes ou quelques minutes après le départ de René Hardy, tend à prouver qu'il y a eu marchandage entre ce dernier et la Gestapo, Hardy prouvant sa bonne foi et du même coup son identité en livrant un Résistant qui pouvait, sous interrogatoire, la confirmer.

4) Un gespatiste avouera à Heilbronn qu'il a été balancé par René Hardy. Est-ce le 25 juin ou le 25 août ? On ne sait. Difficile donc d'émettre des hypothèses.

Voilà pour Heilbronn. S'agissant de son cas, nous en sommes réduits à des hypothèses. En conséquence, votre preuve n'en est pas une. Ce n'est qu'une supputation.

Par ailleurs, vous commettiez une erreur de lecture en écrivant que le rapport Kaltenbrunner accuse Hardy d'avoir été à l'origine de l'arrestation des Résistants Délestraint, Gastaldo et Théobald. C'est faux, et d'ailleurs n'y revenez pas, alors qu'il s'agit d'un point extrêmement important.

Vous ne me réfutez pas, et vous basez sur une imprécision de ma part pour disqualifier ma démonstration : "Lecture fautive encore quand vous prétendez que la boîte à lettres où fut trouvé par les Allemands le message fixant le rendez-vous parisien de Delestraint et Hardy fut "abusivement (attribuée) à Hardy". C'était la boîte FER, donc celle du chef de ce service, donc celle de Hardy. Personne n'ayant jamais mis cela en doute, pourquoi, diable, le faites-vous ?"

Erreur de mémoire de ma part, tout simplement - je n'en ai pas le monopole, d'ailleurs, puisque dans une interview accordée à un journal connu, vous mentionnez que la maîtresse de René Hardy, Lydie Bastien, avait 17 ans au moment des faits, alors qu'elle en avait 20. Ma légère erreur vous permet d'esquiver, car rien de ce vous écrivez là ne constitue une explication de... votre grave erreur de lecture du rapport Kaltenbrunner.

Bref, j'attends encore vos explications à ce sujet.

*** / ***

lue 2598 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Présumé Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes