Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Service secret / Georges A. GROUSSARD

En réponse à
-1Groussard a effectivement épuré ses Mémoires de René CLAUDE

Le dindon de la farce ... de René CLAUDE le lundi 19 juin 2006 à 14h19

Mais le colonel Groussard ne restera pas longtemps à la tête de son CEI.
C'est lui qui fut chargé de l'arrestation de Pierre Laval le 13 décembre 1940. A ce moment-là, il est persuadé, comme le rappelle Belot, que le gouvernement français suit une "politique de dignité". Déat a aussi été arrêté.

Belot :
A suivre Groussard, c'est essentiellement le ministre de l'Intérieur Peyrouton qui décide, avec l'accord de Pétain, de se débarasser de son vice-président du Conseil... Groussard tente d'expliquer dans ses Mémoires que Peyrouton réagissait ainsi contre le projet des Allemands, soutenu par Laval, tendant à ce que les Français montent une expédition pour reprendre le Tchad qui venait de tomber entre les mains des gaullistes. Le colonel ne mentionne pas la lettre que le Maréchaé écrit à Hitler pour justifier son geste. Dans cette lettre manuscrite, en possession de laquelle le général La Laurencie a été mais qu'il n'a pas remise à Stülpnagel faute d'ordre, il se trouve ceci :
"Après les entretiens de Montoire qui ont fait naître en France de grandes espérances, je reste plus que jamais partisan de la politique de collaboration, seule susceptible d'assurer à l'Europe une paix définitive que Votre Excellence et moi avons le ferme désir de réaliser."
Grand héros de cette journée du 13 décembre, Groussard allait en devenir la première victime. Les Allemands exigent immédiatement la dissolution de son organisation. Le maréchal Pétain cède très docilement à cette intrusion "étrangère", et Peyrouton n'envisage même pas de démissionner. Il attendra le 14 février 1941 pour quitter le ministère de l'Intérieur (il rejoindra, plus tard, Giraud). Groussard est impitoyablement lâché, comme La Laurencie, et on lui conseille de s'incliner. Il est à présent édifié sur la capacité de "résistance" des autorités vichystes et leur sens de la dignité.
(p.202)

Plus loin, Robert Belot ajoute concernant l'incontrôlable colonel :
Dans ses Mémoires, le colonel tente d'expliquer son regret de n'avoir pu ainsi créer "le noyau dune résistance rigoureusement disciplinée et apolitique". Force est de remarquer que son intitiative n'était nullement "apolitique", même si Groussard a pu croire dans ce mirage savamment entretenu par Pétain et son gouvernement. (...) Dans une partie de ses Mémoires (supprimée dans sa deuxième édition), Groussard commence à comprendre que le Pétain REEL n'est pas celui de son IMAGINAIRE :
"A cours de cette période 40-42, le Maréchal ne croyait pas pour autant à la défaite du Reich, Obnubilé par la puissance militaire allemande, il a raisonné alors comme un technicien ne considérant que les faits et les chiffres et, pendant plus de deux ans, au fond de lui-même, il n'a vu aucune possibilité de revanche."


Belot pose la question : peut-on parler de "résistance" pour Groussard ?
Difficile de répondre positivement. D'abord, on ne voit pas en quoi son action a été anti-allemande.(...) Groussard a essentiellement tenté de lutter contre ceux-là mêmes que l'occupant avait en ligne de mire. En réalité, c'est d'abord la politique d'épuration intérieure du gouvernement qu'il a servie, avec la caution du régime. Enfin, son action n'a pas réellement été clandestine, mais PARALLELE. Elle est clandestine pour l'occupant, mais pas pour le gouvernement de Vichy. (p.204-205)

A suivre...
Une note perso : après tant de thèses alambiquées, de réécritures partisanes et de dérives hyper-hyper critiques, l'essai de Robert Belot est exemplaire : précis, documenté, accessible et CLAIR. Un bonheur, quoi !

RC

*** / ***

lue 1360 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 "Il se trompe et trompe les autres..." de René CLAUDE 19 juin 2006 15h12
2 Archives anglaises ? de françois delpla 19 juin 2006 15h29
2 Contact de Raphaël C 10 avril 2020 16h27
3 et moi et moi ?!! de françois delpla 11 avril 2020 05h56
4 et moi euh, M'sieur ! de JARDIN DAVID 11 avril 2020 15h29
5 Relations Groussard SR Suisse de David von Felten 14 avril 2020 19h20
6 A Londres...? de René CLAUDE 15 avril 2020 21h29
7 Les archives anglaises ... de JARDIN DAVID 17 avril 2020 15h14
8 Ou si... de René CLAUDE 17 avril 2020 20h58
8 Accès au dossier de René CLAUDE 18 avril 2020 11h28
9 Personnellement ... de JARDIN DAVID 19 avril 2020 10h40
10 Bizarre de françois delpla 19 avril 2020 14h32
11 PS de françois delpla 19 avril 2020 16h11
12 Merci François ... de JARDIN DAVID 22 avril 2020 13h51
11 Merci de ces éléments de René CLAUDE 23 avril 2020 17h51
12 Exact ! de JARDIN DAVID 24 avril 2020 17h53
13 L'historien suisse... de René CLAUDE 25 avril 2020 10h42
14 Les archives du SIS de Christian Rossé 26 avril 2020 01h25
15 Merci de ces précisions de René CLAUDE 26 avril 2020 11h02
16 Merci à tous ! de JARDIN DAVID 26 avril 2020 14h00

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Service secret

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes