Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les Tsiganes en France / Emmanuel Filhol, Marie-Christine Hubert

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Complaisance ou réticence ? de Emmanuel de Chambost

La loi du 16 juillet 1912 de Emmanuel de Chambost le lundi 14 novembre 2016 à 10h18

J'ai donc pris connaissance du livre de Filhol-Hubert Les Tsiganes en France, Un sort a part 1939-1946, 2009, et je le recommande à tous ceux qui veulent devenir moins ignorants sur l'histoire des Tsiganes en France depuis les origines (je suis un peu gêné d'utiliser le nom Tsigane, pertinent pendant l'épisode allemand, puis qu'il est la traduction des Zigeuner ciblés par les autorités d'occupation, mais en France, on les appelait plutôt Bohémiens ou Romanichels ...). Les auteurs jettent, en conclusion, le chiffre de « 6000 à 6500 Tsiganes internés en France de 1940 à 1946 » alors que Peschanski réaffirmait dans La France des camps, 2002, p.196 « Le nombre de Tsiganes internés une ou plusieurs fois en France entre 1940 et 1946 s'élève à 3000 », mais en dépit des apparences, il n'y a pas de querelle de chiffres. Tous partent bien des mêmes archives, et donc des mêmes chiffres d'internés, mais l'attribution de la qualité de Tsiganes à tous ceux qui ont été internés pour nomadisme est quelque chose de bien hasardeux.

De la même façon qu'une grande partie de la destinée de Vichy découle du texte de l'armistice de juin 1940, la destinée des « Tsiganes » dans la première moitié du XXe siècle découle, pour une grande part, de la loi du 16 juillet 1912 que l'on peut consulter ici (Merci Alain Gagnieux). Il s'agit d'imposer le carnet anthropométrique aux Romanichels, mais la logique républicaine interdit de se référer à des groupes raciaux ou ethniques. Le texte de la loi doit passer par bien des contorsions pour cibler les Romanichels tout en épargnant un certain nombre de professions ambulantes. Et bien sûr, il y aura d'authentiques représentants « Tsiganes » qui échapperont au statut de nomades et des non-Tsiganes qui relèveront de ce statut. Je signale également ici le commentaire d'Emmanuel Filhol sur cette loi. C'est un copié-collé du chapitre du livre qui traite de la question.

Emmanuel

*** / ***

lue 763 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les Tsiganes en France

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes