Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Et entre les deux ? de Jacques Ghémard

Aucune volonté de sauver de Nicolas Bernard le mardi 21 octobre 2014 à 12h36

Selon les partisans du régime de Vichy, tels que feu Boisbouvier, ce gouvernement a entrepris de sauver les Juifs. Ils lui imputent ainsi une action directe, positive (dans tous les sens du terme), concrète, tendant à mettre en échec, sinon retarder, la "Solution finale" en France.

Selon ces mêmes auteurs, Vichy n'avait qu'une marge de manoeuvre limitée, voire inexistante, compte tenu de la puissance écrasante de l'occupant. Si bien que tous les Juifs ne pouvaient être sauvés. Dans cette logique, le régime maréchaliste aurait mis en oeuvre la politique de sauvetage suivante: sacrifier les Juifs étrangers, en les livrant aux Allemands, enfants compris, pour protéger les Juifs français, en "achetant" ainsi leur vie aux Allemands.

Cependant, rien, absolument rien, n'étaye pareille théorie. Elle s'appuie sur un fait établi, à savoir que les trois quarts des Juifs de France ont échappé à la déportation, mais sans jamais produire le plus petit atome de preuve d'un lien de causalité entre cette statistique et une quelconque "stratégie de sauvetage" conduite par Vichy - sinon quelques phrases malheureuses et incohérentes de Poliakov ou Hilberg.

Au demeurant, la théorie du sauvetage alléguée par les thuriféraires du régime de Vichy repose sur une contradiction majeure, que ces derniers, en sept décennies, n'ont jamais pu surmonter: dans la mesure où ces mêmes thuriféraires nous bassinent simultanément que le régime ne connaissait rien, n'avait aucun moyen de connaître, le sort des Juifs déportés à l'Est, comment donc parler de sauvetage? Formulé autrement: de quoi les dirigeants de Vichy entendaient-ils sauver les Juifs, s'ils ignoraient ce qui leur arriverait en Pologne?

La réalité est en fait la suivante. Pour rappel, Vichy a, dès 1940, mis en œuvre contre les Juifs une politique d’exclusion, de fichage et d’expropriation, tant par antisémitisme national que par souci de plaire au nouveau vainqueur qu’était l’Allemagne hitlérienne. Désireux d’expulser en premier lieu les Juifs étrangers, ce en 1942, Vichy saisit l’opportunité offerte par les Allemands, qui réclament la déportation de 100.000 Juifs de France cette même année pour les exterminer en Pologne (le chiffre sera ramené à 40.000 pour la première phase, au regard des difficultés de transport ferroviaire) et conclut avec Berlin l’accord suivant : 40.000 Juifs étrangers, enfants inclus, devront être arrêtés par la police française en zone occupée et en zone « libre », internés et livrés aux Allemands. Conformément aux accords conclus, les Juifs français ne seront raflés et déportés qu'après les Juifs étrangers. Mais les rafles de juillet-août 1942 scandalisent l’opinion, qui pousse Vichy à réduire ses prétentions après une tentative de répression qui tournera court.

De fait, le gouvernement français fait part de son refus de livrer les Juifs français, tout en poursuivant, au cours de l’automne, les rafles de Juifs étrangers. Les revers militaires de l’Axe encouragent de moins en moins l’Etat français à se compromettre (notamment sur la question des dénaturalisations), rendant plus difficiles les opérations nazies contre les Juifs, même si au total 75.000 Juifs de France périront assassinés.

De fait, il est bien évident que ce refus de Vichy de participer aux rafles contre les Juifs français au cours de l'automne 1942 gêne considérablement l'action de l'occupant. Mais ce refus n'est que conjoncturel, ne doit rien à une quelconque stratégie initiale, et tout aux défaites axistes et aux protestations de l'opinion publique.

Du reste, Vichy se borne alors à réduire sa participation aux rafles. Ce qui relève d'une démarche passive, négative, sans la moindre entreprise positive, à savoir alerter, cacher, libérer les Juifs menacés. Le régime ne conduit aucune politique organisée, si bien que les sauvetages sont en fait le résultat d’une multitude d’actions individuelles courageuses, qui ne doivent rien à une planification élaborée par le clan Pétain-Laval.

*** / ***

lue 3085 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Vichy et les déportations de J. Dumon 10 juin 2015 18h44
2 pensée binaire, quand tu nous tiens ... de françois delpla 11 juin 2015 09h57

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes