Et l'huile de coude ? - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 30 octobre 2012 à 13h24

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -4 -3 -2
-1Heurs et malheurs de la recherche fondamentale de Francis Deleu

Et l'huile de coude ? de Emmanuel de Chambost le lundi 29 octobre 2012 à 14h54

Pour ton jardin, Francis, n'oublie pas l'huile de coude, et joins ainsi l'utile (le désherbage) à l'agréable (un peu d'exercice).

Revenons au sujet par Allègre interposé. En 1996(et non pas en 1995), il était devenu clair que l'amiante était nocif, pas seulement pour les mineurs et les manufacturiers, mais pour tous ceux qui manipulaient de l'amiante dans la construction ou la déconstruction. Fallait-il éradiquer immédiatement l'amiante ou attendre l'échéance de démolition des bâtiments ? Les deux positions avaient leurs avantages et leurs inconvénients. Parmi les avantages de la première solution: On créait des emplois dans le désamiantage, en se disant que les désamianteurs patentés d'aujourd'hui prendraient plus de mesures de sécurité que les démolisseurs des cent prochaines années; on supprimait aussi les problèmes d'entretiens, mais d'un autre côté, débourser 1 milliard de futurs euros pour sauver quelques dixièmes de vie humaine n'était pas forcément justifié - avec cette somme, on peut sauver des centaines de vies. Le débat était donc légitime, mais de très larges masses sont encore aujourd'hui convaincues que l'amiante est une casserole attachée à la queue d'Allègre.

Comme toujours, il faut replacer les choses dans leur contexte, et hop, on revient en 1943, je ne sais pas ce que Chevassus-au-Louis a écrit sur la question, mais parler de la reconnaissance du cancer de l'amiante comme maladie professionnelle pose évidemment la question des autres maladies professionnelles reconnues en Allemagne à cette époque et des critères pour établir un diagnostic de cancer de l'amiante.

L'impression que m'avait laissée "Les savants sous l'Occupation" était que l'auteur n'approfondissait pas forcément toutes les pistes qu'il ouvrait. Pour l'amiante, il approfondit ?

Emmanuel

*** / ***

lue 2168 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes