La vichysto-résistance - Capitaine Maurice Anjot - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Capitaine Maurice Anjot / Claude Antoine

En réponse à
-1Les giraudistes ont-ils retourné leur veste ? de Alain Cerri

La vichysto-résistance de Francis Deleu le samedi 06 février 2010 à 21h16

Bonsoir,

Sans avoir une réponse cohérente - les parcours de nombre de résistants giraudistes ou vichysto-résistants furent divers et contrastés - je dirais volontiers que le malheur de la France fut d'avoir à la tête de l'Etat une figure mythique, celle du vainqueur de Verdun, qui brouilla tant d'esprits.

Je propose un bel exemple, le parcours du général Cochet, Un résistant atypique : entre vichysme et gaullisme

Deux extraits révélateurs :
...l'obsession de Cochet pour l'ordre, le redressement et l'unité de la patrie déchirée le conduit à apporter un soutien inconditionnel à Pétain. Il appelle à "se serrer autour du Maréchal", seul capable de remettre la France sur pied et de lui rendre progressivement son honneur. Le redressement de la France est un préalable auquel il consacre toute son énergie. Ainsi demande-t-il à ses adhérents de se montrer "impitoyable" contre tous ceux qui le freinent.
Vichy associe la formule du redressement à la pénitence. Cochet la teinte d'une dimension plus revancharde : il s'agit de retrouver la dignité face aux vainqueurs et de se préparer à la reprise du combat. Certes, l'armistice est la sanction, normale, inévitable, d’une France coupable de s'être laissée conduire à la défaite. Les notions d'expiation et de réparation par la souffrance, dont Vichy fait son leitmotiv, ne sont pas absentes de ses tracts, mais l'idée prévaut, chez lui, que la faute doit conduire à l'action et non à la mortification passive
Et plus loin :
En phase avec l'imaginaire d’une majorité de ses concitoyens, il voit alors dans le chef de l'Etat le premier résistant de France. En définitive, il "invente" un Maréchal idéal qui a peu à voir avec le personnage réel, sélectionnant dans ses paroles celles qui confirment ses croyances [...]
Et c'est bien cet aspect d'un Maréchal "idéal", né de l'imaginaire, qui hante encore nos débats de ces dernières semaines.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1284 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes