Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Henri FRENAY / Robert Belot

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Une citation usurpée de René CLAUDE

La réaction de Pierre Mesmer de Jacques Ghémard le dimanche 27 avril 2003 à 15h52

Mesmer dans le livre de Benamou

***
Découvrant la situation en France, j'ai ressenti une profonde déception. Mon désappointement tenait, d'une part, à l'écart sans doute inévitable entre le rêve et la réalité. J'ai vécu des moments de rêve par exemple, la descente depuis l'Étoile jusqu'à la Concorde, le surlendemain de la Libération. Mais la réalité s'est imposée. J'ai vu fleurir des croix de Lorraine sur les brassards de gens qui n'avaient strictement rien fait pendant la guerre, certains avaient même collaboré un peu et se trouvaient des habits de résistant au dernier moment. Ces résistants du mois d'août 1944 - sans doute pour se faire pardonner leur inaction, ou avec l'arrière-pensée d'une conquête possible du pouvoir, je pense aux communistes - se livraient à des abus manifestes. Depuis les filles dont on rasait le crâne jusqu'aux exécutions expéditives. Et, naturellement, je trouvais encore la marée innombrable des fonctionnaires français de tout poil qui se précipitaient pour garder leur place, quoi qu'ils aient fait.

J'ai eu un accrochage sévère avec le général Koenig à propos de la fourragère rouge de la police parisienne. Les règles militaires sont formelles : une unité ne peut la porter qu'après avoir été citée sept fois à l'ordre de l'armée. La police parisienne n'avait qu'une seule citation, gagnée au surlendemain de la Libération. Des gredins de la police parisienne, peu résistants quoi qu'ils en aient dit par la suite, étaient allés rafler des fourragères, et, le lendemain, tous les policiers se baladaient avec. Mon sang de légionnaire n'a fait qu'un tour. Je suis monté dans le bureau du général Koenig:

« Les policiers parisiens portent la fourragère rouge, ils n'y ont aucun droit, vous le savez, j'ai préparé une note. » Il a refusé de signer. Le plus important pour lui, même si j'avais raison, était la cohésion de la police parisienne. Il préférait fermer les yeux. Donner la fourragère à des gens qui se sont battus quarante-huit heures, et encore pas tous, alors que, pour une unité militaire, il faut des années de combats et des milliers de morts, est scandaleux! Cette décision du général Koenig fut approuvée par le général de Gaulle. Ils avaient raison de leur point de vue. La police parisienne la porte toujours sans y avoir droit.

J'accepte très bien cela aujourd'hui, mais, sur le moment, j'ai demandé ma mutation immédiate. J'ai rejoint mon régiment au mois de septembre 1944, dans les Vosges, puis je suis parti tres loin en Extréme-Orient en décembre 44
***

Sans commentaire
Jacques

*** / ***

lue 1002 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1*** contribution effacée
2 Je ne crois pas trop au grand qui manie tout de Jacques Ghémard 27 avril 2003 20h57
3*** contribution effacée
4 Non mais ... de Jacques Ghémard 27 avril 2003 21h36

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Henri FRENAY

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes