Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

Mémoires / Fernand de Brinon

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1de Brinon, peu disert ! de Francis Deleu

Lettre secrète de Brinon à Goebbels de Francis Deleu le mardi 24 mars 2009 à 19h28

Bonsoir,

Comme promis et bien que nous écartions du débat initial, ci-dessous les extraits du rapport de Fernand de Brinon à Goebbels publiés dans "Laval parle". Le rapport, daté du 11 mai 1943 et comprenant onze pages, a été découvert dans les archives de Goebbels à Berlin. Lors du procès de De Brinon, le rapport a été écarté du débat car jugé trop favorable à Laval.
Laval a connu trop de parlementaires, il a trop frayé avec eux pour pouvoir se dégager des habitudes, des commodités et des amitiés politiques...
...Le national-socialisme est étranger à sa conception personnelle de la vie, à coup sûr beaucoup plus étranger que ce n'était le cas de M. Édouard Daladier.
Lorsque M. Laval a à nouveau assumé le pouvoir, il n'a pas réalisé les changements indispensables à un moment où beaucoup de personnes les jugeaient possibles. Il s'est borné à se débarrasser d'un certain nombre d'individus qui avaient joué un rôle dans les machinations du 13 décembre 1940...
... Pour bien comprendre la situation politique en France, il faut connaître le caractère et les traits particuliers du Maréchal, chef de l'État français, et ceux du Président Laval, chef du Gouvernement, et il faut aussi connaître ce qui les met en opposition. Ils sont tous deux d'origine paysanne, mais malgré cela, ils sont très différents. Le Maréchal est un soldat dont la renommée repose sur sa valeur militaire et son aspect extérieur. Il a toujours méprise les politiciens, même au moment où il s'intéressait à la politique. Il est devenu ministre sous le gouvernement Doumergue et - avant la défaite de la France - sous le gouvernement Reynaud; toutefois, il s'est exprimé avec ironie, ce qui est un trait de son caractère, sur ceux qui étaient ses collègues au sein du Gouvernement. De cette manière, il encourageait même les adversaires du régime...
... Amené au pouvoir par la signature de l'armistice et par les bouleversements qui ont suivi la défaite, et ce, grâce à l'action parlementaire de M. Pierre Laval, le maréchal Pétain n'a pourtant jamais témoigné de reconnaissance à ce dernier...
... Le Maréchal désire une espèce de révolution conservatrice que M. Laval a, naturellement, en horreur, ce qui ne veut toutefois pas dire que M. Laval désire une révolution nationale-socialiste. Depuis le commencement de sa carrière dans la vie publique, qui a débuté pour lui dans le socialisme, il a conservé par-dessus tout le goût du pacifisme, ce qui remplit le maréchal Pétain d'horreur.
Le Maréchal, qui ne porte pas dans son coeur les parlementaires et les bénéficiaires de l'ancien régime, est d'avis que M. Laval soutient et protège un trop grand nombre de ces derniers. Le Maréchal pense de plus que trop de francs-maçons, qu'il méprise (comme beaucoup de militaires de son bord), conservent des situations importantes dans les rouages de l'État. A ses yeux, l'amiral Platon, en qui il avait une grande confiance, passait pour être l'adversaire de la franc-maçonnerie. L'amiral Platon n'a pas tardé à entrer en conflit avec M. Laval et son entourage au sujet du problème de la franc-maçonnerie. C'est là que réside l'une des principales raisons de l'actuelle rancune que le chef de l'État éprouve envers le chef du Gouvernement; c'est là que réside la source de la désunion dans le domaine de la politique intérieure que le Maréchal fait ressortir à présent à chaque occasion et qu'il voulait mettre en relief dans sa réponse à la dernière lettre que le Führer lui a adressée...
... Lorsqu'on examine certains détails, on n'a pas de peine à découvrir que dans la presse et dans la radio des adversaires notoires de la collaboration franco-allemande continuent toujours à travailler, que beaucoup de postes administratifs, qu'un nombre non négligeable de préfectures et de nombreuses municipalités sont occupées par des ennemis tolérés, par des partisans de l'ancien régime, et que le Gouvernement permet à une bonne partie du clergé de manifester une attitude hostile à l'occasion de l'enseignement religieux ou des sermons.
Dans tous ces domaines, quelques avertissements sérieux pourraient suffire pour rappeler chacun à l'ordre. Mais ces avertissements ne sont jamais donnés, étant donné que les soucis quotidiens empêchent d'y penser ou parce qu'on craint d'une part une appréciation critique de la part du Maréchal ou d'autre part une opposition de la part d'amis du chef du Gouvernement.
De cette façon, l'opinion publique part à la dérive et est livrée à la propagande anglo-saxonne...
...On ne s'explique pas que la seule mesure de force prise après le retour de M. Laval de Berchtesgaden, lorsqu'on l'avait invité à en finir avec ses adversaires politiques, ait consisté à envoyer en résidence surveillée l'amiral Platon, qui est un des rares officiers supérieurs qui a toujours manifesté ses sentiments hostiles à l'égard des Soviets, de l'Angleterre et de l'Amérique...
...Comment peut-on comprendre que des prisonniers de guerre ayant des sentiments anti-allemands sont libérés des camps parce qu'ils ont été désignés par des hommes de confiance partisans de Gaulle ou de Giraud, alors que d'autres prisonniers de guerre qui sont des adeptes enthousiastes d'une réconciliation avec l'Allemagne sont maintenus dans les camps ? Seuls devraient être libérés des camps les prisonniers de guerre qui sont eux-mêmes - ou dont les familles françaises sont - partisans d'une entente avec l'Allemagne et adversaires du bolchevisme; ces prisonniers pourraient devenir les meilleurs agents de propagande.
Et pour citer un dernier exemple, comment peut-on s'expliquer enfin que, dans un domaine aussi important pour la propagande que le film, des personnes qui, avant la guerre, poussaient à la guerre, et continuent à. avoir des sentiments anti-allemands, tels que M. Chamon, soient placées à. la tête d'une société cinématographique aussi importante que la Société Gaumont ?
Je me vois obligé de mentionner ces faits, car ils grèvent lourdement la situation actuelle...
Il s'agit d'extraits choisis concernant essentiellement Laval ! Est-ce que "Journal de Goebbels" fait mention de ce rapport ?

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1509 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Rapport de De Brinon à Goebbels de Serge Desbois 25 mars 2009 07h50
2 Rectification de Serge Desbois 25 mars 2009 08h06

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes