Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Mémoires / Fernand de Brinon

En réponse à -3 -2
-1Canaris et...Ferdinand de Brinon de Daniel Letourneau

La rencontre Heydrich - de Brinon de Francis Deleu le lundi 23 mars 2009 à 19h13

Bonsoir,

Les deux hommes - Heydrich et de Brinon - se rencontrent pour le première et unique fois, à Paris, à l'occasion de la nomination de Bousquet au poste de Secrétaire général à la Police. La rencontre a lieu fin mai - début juin. "Trois jours plus tard, écrit de Brinon, il sera assassiné". (le 4 juin 1942)

Plutôt que de vous narrer l'entretien,l'atmosphère de l'époque.... je confie ce soin à de Brinon lui-même - pages 148 et 149 de ses "Mémoires"
Pour procéder avec solennité à l'installation d'Oberg, Heydrich, grand chef des SD, le collaborateur le plus immédiat d'Himmler, vient à Paris. Physiquement, il ressemble un peu à Bousquet : grand, sportif, plein d'allant, intelligent, connaissant bien les questions de police générale. Il est certes très dur, quoique capable de mesures de clémence. Il dut avoir une sorte de penchant pour Bousquet qui se présentait à lui plein de bonne volonté, affirmant son désir de collaboration avec les autorités allemandes afin de lutter contre le communisme. Bousquet professe, en paroles tout au moins, une grande admiration pour le courage de la SS. Heydrich installé avenue Foch, chez Knochen, demande à me voir. Au cours de la conversation il m'apprend que Bousquet désire un rendez-vous avec lui et qu'il est d'ailleurs tout disposé à le lui accorder.
Je ne connaissais pas Heydrich. Son nom a été prononcé devant moi pour la première fois par Ribbentrop à l'occasion des démarches que je faisais pour la libération de Louis de Rothschild.
C'était à Vienne, au lendemain du plébiscite et Laval m'avait téléphoné de Paris, pour me dite qu'Edouard de Rothschild suppliait qu'on intervint en faveur de son cousin. Laval, ne connaissant en Allemagne personne qu'il put toucher, me dit-il, s'adressait à moi.
J'avais eu d'abord à faire à Himmler qui me déclara :
« Vous pouvez rassurer votre Rothschild. Son cousin sera bien traité, mais il est Juif comme un autre Juif... »
Une autre démarche fut nécessaire quelques mois plus tard, à Berlin. Pierre Benoît m'accompagnait. C'est alors que Ribbentrop me parla d'Heydrich qui intervint avec une grande gentillesse et nous donna gain de cause. Mais je ne l'avais pas rencontré.
Heydrich est tel que je peux m'y attendre sachant ce que je sais de lui. Il est sympathique. Je lui dis du bien de Bousquet le lendemain et ils déjeuneront ensemble.
Les deux hommes se plaisent. Bousquet dresse un programme d'action pour la lutte contre le terrorisme. Il aborde avec patriotisme le souci de l'indépendance administrative française et propose que les arrestations dans ce domaine soient faites par la police française et que les délinquants soient jugés par nos juridictions.
Heydrich en accepte le principe et en parlera à Berlin. Il est d'accord pour jeter les bases dl une collaboration confiante et lui propose de venir lui rendre visite en Allemagne. Heydrich rentre à Berlin, voit Himmler, obtient de lui la ratification de l'entente avec Bousquet et que de nouveau la plus grande liberté soit accordée à la police française. C'est pour nous une amélioration énorme. Heydrich part ensuite pour la Bohême-Moravie. Trois jours plus tard, il sera assassiné.
L'entretien de juillet 43 avec Goebbels ? Je vous demanderai de patienter... le temps de vaquer à quelques occupations avant de poursuivre la lecture des "Mémoires".

Bien cordialement,
Francis.

PS. Jacques nous communiquait ici la publication de larges extraits du livre de Bernard Ullmann : Lisette de Brinon, ma mère

*** / ***

lue 771 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 De Brinon "suite" de Serge Desbois 23 mars 2009 19h58
2 Avant guerre de Jacques Ghémard 23 mars 2009 21h34
2 de Brinon, peu disert ! de Francis Deleu 23 mars 2009 22h22
3 Lettre secrète de Brinon à Goebbels de Francis Deleu 24 mars 2009 19h28
4 Rapport de De Brinon à Goebbels de Serge Desbois 25 mars 2009 07h50
5 Rectification de Serge Desbois 25 mars 2009 08h06
3 canaris et..Ferdinand de Brinon de Daniel Letourneau 27 mars 2009 18h49
3 canaris et..Ferdinand de Brinon de Daniel Letourneau 27 mars 2009 18h49
2 De Brinon ment de Serge Desbois 29 mars 2009 15h49
3 De Brinon a-t-il protégé la France ? de Francis Deleu 29 mars 2009 19h13
4 de brinon a sauvé des Juifs de florence 24 octo. 2018 15h07
5 Ah ? de JARDIN DAVID 25 octo. 2018 23h15
6 c'est vrai mais... de françois delpla 26 octo. 2018 09h46
7 Brinon ambassadeur de Vichy ou agent allemand ? de Emmanuel de Chambost 28 octo. 2018 19h14
8 il ne faut pas non plus lui faire porter tout le chapeau de françois delpla 31 octo. 2018 09h18
1 Canaris...et de Brinon de Daniel Letourneau 23 mars 2009 21h05

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Mémoires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes