Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La Campagne de 1940 / Sous la dir. de Christine Levisse-Touzé

En réponse à -2
-1Schwarz Schände d'ailleurs antérieure au Nazisme de Thiriel

Excellent ouvrage de Nicolas Bernard le mercredi 10 octobre 2007 à 15h29

Je viens d'achever le livre de Raffael Scheck, historien... américain (visiblement, le sujet a peu intéressé ses confrères français), sur le massacre des tirailleurs par l'armée allemande. En ce qui me concerne, il s'agit de l'une des meilleures publications historiques de l'année.

Au terme d'une démonstration impeccable et riche en références documentaires, Raffael Scheck démontre que ces massacres ne résultent pas d’une directive globale, mais d’un ensemble de facteurs tenant à la fois de l’imaginaire collectif allemand et des situations spécifiques des combats de l’été 1940. Bref, le racisme a créé les bases du passage à l'acte, lequel a été déterminé par la nature des combats, à savoir "la découverte de soldats allemands mutilés, la peur du combat associée aux positions françaises en hérisson, et la frustration de devoir surmonter une défense acharnée au moment où la France avait manifestement perdu la guerre" (p. 186), le fantasme propagandiste du "franc-tireur" ayant une fois de plus joué son rôle. A quoi l’historien américain ajoute que "la résistance déterminée des tirailleurs sénégalais résulta elle-même des méthodes de combat brutales employées contre eux, et les accusations de mutilation furent, sinon toujours fallacieuses, du moins largement exagérées".

Pertinente s'avère l'observation de Raffael Scheck sur la stratégie hitlérienne. Le Führer aurait cherché, sans l'afficher, à accentuer la "brutalisation" de ses Wehrmacht, démarche déjà révélée par la campagne de Pologne, en diffusant abondamment au moment de la bataille de France des messages propagandistes anti-Noirs, et en autorisant implicitement de telles exactions. Toutefois, le fait que la majorité des soldats allemands n'aient pas suivi - pour tragiques qu'ils soient (entre 1.500 et 3.000 morts), les massacres de prisonniers noirs constituent l'exception davantage que la règle - va l'inciter à être plus explicite à l'avenir, vis-à-vis du traitement à infliger aux Soviétiques puis aux Juifs...

*** / ***

lue 2254 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Campagne de 1940

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes