Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

La Campagne de 1940 - Sous la dir. de Christine Levisse-Touzé
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).

Dans ce texte :

Excellent ouvrage de Nicolas Bernard le mercredi 10 octobre 2007 à 15h29

Je viens d'achever le livre de Raffael Scheck, historien... américain (visiblement, le sujet a peu intéressé ses confrères français), sur le massacre des tirailleurs par l'armée allemande. En ce qui me concerne, il s'agit de l'une des meilleures publications historiques de l'année.

Au terme d'une démonstration impeccable et riche en références documentaires, Raffael Scheck démontre que ces massacres ne résultent pas d’une directive globale, mais d’un ensemble de facteurs tenant à la fois de l’imaginaire collectif allemand et des situations spécifiques des combats de l’été 1940. Bref, le racisme a créé les bases du passage à l'acte, lequel a été déterminé par la nature des combats, à savoir "la découverte de soldats allemands mutilés, la peur du combat associée aux positions françaises en hérisson, et la frustration de devoir surmonter une défense acharnée au moment où la France avait manifestement perdu la guerre" (p. 186), le fantasme propagandiste du "franc-tireur" ayant une fois de plus joué son rôle. A quoi l’historien américain ajoute que "la résistance déterminée des tirailleurs sénégalais résulta elle-même des méthodes de combat brutales employées contre eux, et les accusations de mutilation furent, sinon toujours fallacieuses, du moins largement exagérées".

Pertinente s'avère l'observation de Raffael Scheck sur la stratégie hitlérienne. Le Führer aurait cherché, sans l'afficher, à accentuer la "brutalisation" de ses Wehrmacht, démarche déjà révélée par la campagne de Pologne, en diffusant abondamment au moment de la bataille de France des messages propagandistes anti-Noirs, et en autorisant implicitement de telles exactions. Toutefois, le fait que la majorité des soldats allemands n'aient pas suivi - pour tragiques qu'ils soient (entre 1.500 et 3.000 morts), les massacres de prisonniers noirs constituent l'exception davantage que la règle - va l'inciter à être plus explicite à l'avenir, vis-à-vis du traitement à infliger aux Soviétiques puis aux Juifs...

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes