Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Chronique de la Résistance / Alain Guérin

En réponse à -4 -3 -2
-1Et Touvier ? de Nicolas Bernard

Les fusillés de Rillieux de Francis Deleu le mardi 25 septembre 2007 à 20h07

Bonsoir,

Comme je suis dans un jour de grâce pédagogique, l'extrait d'un article de Jean-Claude Valla, publié dans le même hors-série Historia n°40, 1975. [*] à propos de Touvier et du massacre de Rillieux.
Petit avertissement préliminaire: Jean-Claude Valla, journaliste d'extrême-droite, proche de la mouvance négationniste, fut, notamment, l'un des fondateurs du "GRECE". Merci à Laurent Laloup qui nous l'a signalé ici

Le récit :
Depuis que Joseph Darnand a été nommé, au mois de janvier 1944, secrétaire général au Maintien de l'ordre, et que les Renseignements généraux ont été confiés à Jean Degans, Paul Touvier dispose, à Lyon, de pouvoirs relative­ment étendus. Dans cette capitale de la Résis­tance qu'est la métropole rhodanienne, le rôle de la Milice est important. Il s'agit, ni plus ni moins, de démanteler les réseaux de résistance et d'utiliser, pour cela, tous les renseignements qui peuvent être glanés çà et là. C'est un travail de police. Et c'est sans se poser de questions, et sans tenir compte de l'hostilité naissante des Lyonnais, que les miliciens traquent des compa­triotes. Il arrivera que certains résistants soient arrêtés par des miliciens accompagnés d'Alle­mands, voire livrés à eux et déportés, mais cela, bien souvent, à l'insu des chefs du moment.

Plusieurs miliciens, et Touvier en tête, s'avèrent plus anticommunistes qu'antirésistants. Cette attitude, bien sûr, est vivement critiquée par les Allemands. Ceux-ci savent pertinemment que les prisons de la Milice ont été regroupées dans le collège des jésuites et placées sous l'autorité de Touvier. Que les prisonniers puissent recevoir des visites et soient traités correctement, passe. Que de jeunes garçons compromis dans des affaires de résistance non criminelles soient relâchés, passe encore. Mais la Gestapo n'admet pas le régime préférentiel qui semble être accordé aux détenus membres de l'Armée secrète.

Depuis le mois de janvier 1944, les Allemands multiplient les représailles (22 fusillés le 11 janvier à Lyon, 13 le 6 mai à Cours, 21 le 12 juin à Dagnieux, 28 1e 17 juin à Saint-Didier­-de-Formans). Le 28 juin, Philippe Henriot est assassiné à Paris. Les Allemands, furieux, pressent les chefs miliciens d'accentuer leur rigueur.

Les Allemands exigent du chef régional de Bourmont 30 exécutions. Il demande les prison­niers à Touvier, Celui-ci prendra sur lui de n'en donner que 7, et cela, non pas aux Allemands comme il a été dit, mais au chef régional de la Milice, Victor de Bourmont. Ces prisonniers seront fusillés par des francs-gardes au matin du 29 juin, à Rillieux près de Lyon.

Quelques semaines plus tard ce sera l'hor­reur de Saint-Genis-Laval. Le 20 août 1944, cent dix prisonniers, dont six femmes, sont extraits de leurs cellules du fort Montluc, la prison de la Gestapo, et rassemblés dans la cour.
Un convoi de véhicules les conduit dans le fort désaffecté de Saint-Genis-Laval. Parqués dans l'ancienne maison du gardien, ils sont abattus à la mitraillette. Plusieurs Français de la Gestapo participent à cette exécution sommaire.

Ce massacre inquiète Paul Touvier. Les Allemands ont besoin de nouveaux otages pour appliquer la loi du talion. La Gestapo risque, d'un jour à l'autre, de venir chercher les quarante-­deux prisonniers de la rue Saint-Hélène. Quelques jours plus tard, sur les conseils de l'abbé Vautherin, aumônier de la Milice, les détenus sont libérés les uns après les autres.
Bien cordialement,

Francis.

[*] C'est dans ce numéro "Historia" que fut publiée la photo, en gare de l'Est, du wagon-fantôme aux inscriptions sublimimales §;-)) emportant les volontaires de la LVF.

*** / ***

lue 2822 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 weismann de André Drevon 03 mai 2008 14h38

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Chronique de la Résistance

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes