Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Présumé Jean Moulin / Jacques Baynac

En réponse à -14* -13* -12* -11* -10* -9* -8 -7 -6 -5 -4 -3* -2 -1*

Absurde de Nicolas Bernard le mercredi 28 mars 2007 à 13h10

Comme je l'écrivais, "j'ai toujours considéré que l'absence de réponse était une forme de réponse..."

A quoi René Claude répondait : "Cette position n'engage que vous."

Ben non. Je m'inspire de Schopenhauer et de son petit traité de rhétorique :

Qui plus est, mon expérience confirme, en ce qui me concerne, la validité du principe. J'ai mené quantité de débats historiques sur Internet depuis 1998, et il s'est toujours vérifié, particulièrement chez les négagas ou les partisans du Rapport Warren.

J'ai très rarement vu mes contradicteurs reconnaître qu'ils avaient eu tort, qu'ils s'étaient trompés, ce alors qu'il ne restait absolument rien de leurs thèses initiales et de leurs argumentations. Deux d'entre eux, toutefois, qui s'inspiraient du premier livre de Jacques Baynac consacré à Jean Moulin, ont admis qu'ils avaient été convaincus par mes réfutations en règle, dont l'un très récemment, sur le forum du site "Un vent de liberté".

Vous citez l'exemple de De Gaulle. Mais 1) De Gaulle n'était pas un modèle de rigueur historique, et 2) il pouvait, de par sa stature, se permettre de garder le silence.

Mais puisque vous causez d'exemples présidentiels, je vous citerai, moi, le cas de Richard Nixon, qui a longtemps refusé de s'exprimer sur le Watergate alors que la presse et la Justice refermaient l'étau, et ce silence lui a coûté.

Je vous citerai également le cas de Pierre Bérégovoy qui, en 1993, ne s'est pas exprimé suffisamment vite sur les accusations de détournements qui lui étaient adressées, ce qui a scellé son destin.

Je vous citerai enfin le cas du Président Clinton, dont le silence sur l'affaire Lewinsky lui a été préjudiciable, jusqu'à ce qu'il s'exprime enfin pour raffermir la foi patriotique américaine.

Bref, si le proverbe "qui ne dit mot consent" existe, ce n'est pas pour des prunes.


Vous terminez ainsi : "Le droit de se taire est reconnu dans tout forum modéré de façon équitable."

Le droit de se suicider (physiquement ou médiatiquement) aussi.



Vous ajoutez : "La surenchère est contre-productive, les traces en rouge laissées ici hier dans ce fil le démontrent une fois encore."

Je n'ai effacé mes messages que par souci d'effectuer une concession diplomatique, pour vous permettre de sauver l'honneur, parce que je vous estime, et non parce que j'estimais avoir tort.

*** / ***

lue 1104 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Présumé Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes