Tâtonnements gaulliens... - Massu - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Massu / Pierre PELLISSIER

En réponse à -3 -2
-1Les trois temps forts de Massu de Jacques Ghémard

Tâtonnements gaulliens... de René CLAUDE le mercredi 26 février 2003 à 00h27

Bonsoir,

Ce n'est pas l'âme légère que de Gaulle en est arrivé à considérer l'indépendance de l'Algérie comme inéluctable à plus ou moins court terme. Ses biographes le disent, sur la question algérienne, il a aussi pas mal tâtonné, espérant aboutir à une association authentique entre la France et l'ancienne colonie, avant de constater qu'il était trop tard et que la rupture était trop profonde entre les communautés. Certains de ses adversaires prétendent qu'il avait déjà choisi la voie vers l'indépendance en revenant au pouvoir en 1958; rien n'est moins sûr car, si en 1944 à Brazzaville il dit la nécessité de reconsidérer les rapports entre la France et les peuples de l'empire, il parlait alors d'union, d'associés et de respect mais pas d'indépendance(s) nationale(s). Jacques l'a redit, la majorité des Français d'Algérie n'avait pas voulu comprendre que la fin de la Seconde guerre mondiale marquait aussi la fin du bon vieux temps des colonies. Alors, pour un Massu, ardent gaulliste mais issu de la coloniale et marqué par une époque où un chef de poste était à la fois soldat, flic, juge, facteur, toubib et instit', la perte d'un morceau d'un territoire qu'il considérait comme partie intégrante du pays fut un déchirement et sa seule grande divergence avec de Gaulle.
Mais, la mort dans l'âme, le vieux grognard du Tchad a obéi au vieux chef et a envoyé promener les officiers factieux qui cherchaient à le rallier au putsch.

Cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 836 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes