De Lattre, les américains... - 1940-1945 - Noirs Blancs Beurs, Libérateurs de la France - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

1940-1945 - Noirs Blancs Beurs, Libérateurs de la France / Charles Onana

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Un article utile de René CLAUDE

De Lattre, les américains... de steph2 le vendredi 08 décembre 2006 à 14h35

Cet article ne parle effectivement que de l'intégration des FFI sans évoquer le "blanchiement".
Sur l'attitude des americains, je ne vois pas pourquoi ils seraient revenus en arrière après avoir équipé les divisions africaines et apprécié leurs qualités en Italie.
De toutes façons si l'armée devait passer à 1 million (tel que prévu avant le débarquement)il fallait bien des français "blancs".
Enfin, le CDN envisageait de porter les effectifs totaux des forces armées à 1.000.000 fin 1944, puis fin 1945 à 1.427.000. Aussi un recours aux populations métropolitaines semblait indispensable à l’entretien et au développement des forces armées françaises dès que la libération de tout ou partie du territoire national le permettrait
Je trouve aussi que cet article donne un autre point de vue de De Lattre que celui décrit par Monsabert.
" Comprenez-moi bien. Dans ce monde en fusion, où les nations se font et se défont, la France sera ce que sera son armée. Puisqu’elle ne peut pas être très nombreuse, il faut qu’elle impose par sa qualité... Mais il faut encore qu’elle soit représentative du pays tout entier, qu’elle groupe toutes les forces combattantes. En un mot, qu’elle soit nationale. Or, vous allez trouver en France des gens qui auront été longtemps séparés de nous ; demain, vous rencontrerez ceux qui ont lutté dans la clandestinité... Ils sont vos frères, ils ont leurs mérites que vous reconnaîtrez, leur gloire que vous respecterez et vous n’aurez pas d’autre désir que de les voir prendre place dans vos rangs, quelle que soit l’origine, pour faire ensemble l’armée nationale "
Ludovic Tron, " La prise de commandement ", dans Jean de Lattre, op.cit., pp. 68-70.

*** / ***

lue 1062 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes