Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Henri FRENAY / Robert Belot

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3* -2*
-1Police parisienne: dire ce qui est nécessaire de rappeler de Francis Deleu

cinéma Gaumont Palace de arcole le samedi 08 octobre 2005 à 00h26

extrait de "Les Russkoffs" de Cavanna.

Le retour des STO.-

"On nous fait entrer dans un cinéma géant, le Gaumont Palace. Je connaissais le Rex, mais pas le Gaumont. Je m'affale sur une marche d'escalier, tout en haut. Le cinoche est bourré à craquer. Il y a de tout: du prisonnier, du déporté, du STO. L'ambiance est orageuse. On se sent un peu traité comme du bétail, c'est pas exactement les bras grands ouverts, les larmes à l'oeil et les "Marseillaise" qu'on aurait cru......
Immense hurlement d'enthousiasme. Le rideau s'escamote, l'écran s'illumine. "La libération de Paris", documentaire vécu. On aurait préféré Laurel et Hardy, mais on n'est pas fâchés de voir un peu ce qui s'est passé ici, pendant qu'on était là bas.
Dés les premières images, on est soufflés: il n'y en a que pour les flics! C'est eux qui ont tout fait. Combats autour de la préfecture de police, de l'hôtel de ville. Flics à plat ventre, faisant le coup de feu. Flics poussant des prisonniers chleuhs, mains sur la nuque... La plupart des gars entassés là ont été embarqués par des flics, de braves flics français. Il y en a qui croient reconnaître parmi les héros ceux qui les ont arrêtés, tabassés et livrés aux Chleuhs. Ca commence à houler. "Fumiers!" " Salopes!" "Toujours du côté du manche!" Le chahut devient grandiose. Les bras des fauteuils se mettent à voler, puis les fauteuils.
Un "politique" saute sur la scène et hurle "Camarades, c'est une honte! Une insulte à notre martyre! Tous les flics qui ont été flics sous Pétain auraient dû être fusillés! Même ceux qui ont rendu des services à la résistance, parce que ceux là jouaient simplement sur les deux tableaux!"
La salle hurle "Ouais!" "Mort aux flics!" "Mort aux vaches!" Clameur énorme. J'en profite pas bien, la tête me tourne...De toute façon, le chahut ne va pas bien loin. Un autre gars monte sur la scène pour expliquer que l'épuration est en cours, qu'elle ne peut pas se faire en un jour, que tous les traîtres, les délateurs et les collabos seront châtiés comme ils le méritent, qu'une bonne part ont déjà été collés au poteau et que ça ne fait que commencer, mais cela doit s'opérer dans l'ordre et la dignité parce que si le peuple de Paris s'est libéré lui même (ricanements dans la salle), ce n'est pas pour offrir à nos alliés le triste spectacle de l'anarchie et du règlement de compte mesquin... Tous unis pour la reconstruction...Je sais pas comment il a fini, je roupille. Et sans doute que les autres aussi se sont endormis, crevés qu'ils étaient, et que c'était justement ça, le but du discours de l'autre pomme: nous avoir à la fatigue."

*** / ***

lue 704 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Henri FRENAY

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes