Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les drames de l'été 1945 / Collectif

En réponse à
-1Démineurs de René CLAUDE

Déminages : fantasmes er réalité de René CLAUDE le lundi 25 juillet 2005 à 11h03

Bonjour,

Dans les pages Histoire d'Arte, Gaspard Delon revient sur quelques contre-vérités à propos de la condition des prisonniers de guerre allemand en France et plus particulièrement sur le déminage du territoire par ces prisonniers. Extrait :

En 1989, le Canadien James Bacque prétend que la France et les Alliés ont organisé, sur les ordres d’Eisenhower, la "disparition" de plus d’un million de PGA. Il s’agit d’une grossière manipulation statistique, mais le fantasme dévoile la présence d’un non-dit. De fait, les pertes dans l’Hexagone furent concentrées lors de l’afflux massif des prisonniers. Le Service historique de l’armée de terre française (Vincennes) a recensé 17 773 morts en 1944 et 1945 puis 5 112 en 1946. Sur l’ensemble de la période 1944-1946, la proportion de décès représente 3,05%, un taux tout à fait comparable au 3,7% de décès parmi les PG français détenus en Allemagne entre 1940 et 1945. Les causes principales sont la maladie, dans 68 % des cas souvent liée à des carences alimentaires, et les explosions de mines.
C’est en définitive la polémique concernant l’utilisation de PGA pour le déminage du pays qui est demeurée la plus vivace, relancée en 1995 par des médias britanniques. La France aurait violé la Convention de Genève de 1929, interdisant l’utilisation des PG pour des "travaux insalubres ou dangereux". En 1948, le Comité international de la Croix rouge évoquait 20 000 morts dans l’exercice. En réalité, si la vie des prisonniers a bien été exposée, les périls ont été partagés : ils localisaient les engins, dont la neutralisation était confiée à des démineurs français professionnels. Et les pertes s’avèrent proportionnellement équivalentes : 2 500 mineurs allemands sur 48 500 et 180 démineurs français sur 3 000 y ont perdu la vie.
Il apparaît aujourd’hui, notamment dans les travaux de François Cochet, que les souffrances des PGA ont résulté avant tout de l’impréparation et l’état de délabrement matériel de la France à la Libération, et non d’une volonté de vengeance à l’égard des anciens occupants.


L'article intégral :


Bonne journée,

RC

*** / ***

lue 1250 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Et sur les prisonniers allemands de René CLAUDE 18 sept. 2005 12h13
2 Déminage après 1945 de René CLAUDE 08 octo. 2005 11h17
2 La mortalité chez les PG allemands de Francis Deleu 10 mars 2006 21h16
2 Prisonniers des Russes de Leon 11 mars 2006 09h30
3 comparer? de arcole 11 mars 2006 10h01
3 Même le pape actuel a filé vers l'ouest de Jacques Ghémard 11 mars 2006 10h24
4 ah bon?? dites-m'en plus ! de Leon 11 mars 2006 11h24
5 Retour de Hongrie vers la Bavière de Jacques Ghémard 11 mars 2006 11h59
3 ils ont tous filé! de arcole 11 mars 2006 11h59

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les drames de l'été 1945

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes