Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

François Darlan / Henri Michel

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1document manuscrit Noguès de Serge Desbois

La transcription du document "Noguès" de Francis Deleu le lundi 29 mars 2004 à 12h23

Bonjour,

Ralph a eu la gentillesse de nous adresser le document du général Noguès dans une résolution informatique plus lisible. C'est bien volontiers que nous le reproduisons sans altération autant que possible. Le seul mot illisible est en caractères italiques.

Bien cordialement,
Francis

... qui a rédigé le texte du télégramme mais un de ses officiers auquel il a du dire que d'accord avec moi il maintenait l'ordre d'exécution.
Le général Giraud, et aussi le général Bergeret qui est celui qui a été le mieux au courant d'une affaire dont il s'est occupé lui-même, estimaient qu'il était indispensable de faire un exemple étant donné l'effervescence qui régnait dans Alger. De fait le lendemain, la situation était plus calme et aucun incident prévus pour les funérailles de l'Amiral ne s'est produit.
Toute la ville d'Alger a été au courant de ce qui s'est passé en réalité. Mais plus tard, on a fait du jeune Bonnier un héros et les gens, même le
8ère, ont voulu oublier quels étaient les vrais responsables de cette exécution.
Dans un rapport au conseil impérial qui a suivi celui de la nomination de Giraud le général Bergeret a indiqué les faits suivants qui m'ont été confirmés par le commissaire du gouvernement chargé de l'instruction qui avait été sous mes ordres au Maroc.
C'est dans le premier interrogatoire que le jeune Bonnier a indiqué les gens qui avaient armés son bras. Mais les responsables prévenus, ont fait dire dans un deuxième interrogatoire (probablement Duscatelli) à l'inculpé, que s'il voulait être sauvé, il fallait qu'il déclare qu'il avait agi seul - que dans le courant de la nuit l'abbé Cordier l'enverrait chercher et qu'il serait envoyé en Angleterre en avion.
C'est cette attitude qu'il a conservé pendant le jugement.
Il aurait suffi de la moindre déclaration de sa part pour faire retarder le jugement et l'exécution.
Ces faits étaient prouvés d'une façon telle, (car on avait retrouvé le premier interrogatoire qui était censé avoir été détruit), que l'abbé Cordier et Henri d'Astier de la Vigerie avaient été inculpés et leur condamnation à mort était certaine.
Mais, à ce même conseil, le général Giraud nous fit part d'une démarche de Mr Murphy pour le gouvernement américain et de Mac Millan pour le gouvernement anglais, demandant instamment que le procès soit retardé sine die, car il rendrait toute possibilité d'accord avec le général de Gaulle impossible. Dans ces conditions un supplément d'instruction fut ordonné.
Dès le lendemain de l'arrivée du général de Gaulle à Alger, les inculpés furent remis en liberté et les dossiers détruits.

*** / ***

lue 1451 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Rectification de Francis Deleu 29 mars 2004 12h32
1 Il s'agit du mot "PERE" (pdt) de Ralph de Butler 29 mars 2004 17h15

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur François Darlan

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes