Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Carnets du chef des services secrets, 1936-1944 / général Louis Rivet, notes et présentation par Olivier Forcade et Sébastien Laurent

En réponse à
-13 juin 1942, entretien Rivet-Laval de Emmanuel de Chambost

10 juillet 1942 : 2eme entretien Rivet Laval de Emmanuel de Chambost le dimanche 08 septembre 2019 à 09h49

Le deuxième et dernier entretien que le chef des services secrets eut avec Laval eut lieu le 10 juillet

10 juillet
Reçu par le Président [Laval], bourru, crêté, mal disposé. Je ne peux qu'effleurer les questions dont je viens l'entretenir et lui signaler, entre autres la mauvaise foi des Allemands dans leurs négociations avec lui au sujet des échanges prisonniers contre ouvriers.

Le Président aborde de suite la question Devillers [agent allemand infiltré dans le mouvement Combat, arrêté par la Surveillance du territoire et fusillé le 16 avril 1942] qu'il connaît par la version allemande, entièrement inexacte.

Il ne veut pas être contrarié dans sa politique par nos activités CE et SR que les Allemands lui reprochent sans cesse. Sa politique prime les autres soucis. Elle vise à faire une France impériale (intégrité du territoire et Empire occidental africain) et l'abandon de toute politique continentale en Europe. Pour tirer tous les fruits de ses négociations, il entend donner aux Allemands des satisfactions tangibles. Ainsi a-t-il admis que les policiers allemands accompagnent en zone libre les policiers français dans leurs enquêtes.

Sur les atterrissages de parachutistes anglais, Rahn lui a proposé une collaboration entre les 2eme bureaux français et allemands … N'a pas répondu, mais ne semble pas rejeter la formule.

Convient que les Allemands n'approuvent pas unanimement la politique qu'il poursuit et qu'un groupe de militaires, sous la direction de Keitel, la rejettent délibérément en réclamant l'abaissement définitif de la France.

Veut pouvoir parler librement aux autres États et dire entre autres à l'Amérique, qu'il veut ménager pourtant, ce qu'il a à lui dire.

Pressé par le temps, le président ne peut écouter ce que je me proposais de lui dire au sujet de « Nemo » [Service des écoutes téléphoniques du SR] qu'il veut supprimer.

Impression : le Président est buté. Tout doit se plier aux besoins de sa politique. Son sentiment sur nos services, qu'il n'a pas pris la peine d'étudier sérieusement, est fait par son entourage aussi ignorant que lui, mais hostile à ces services. Le docteur Rahn est un de ces familiers ; entre chez le Président quand il veut et lui rapporte les objections et les desseins nourris par les autorités allemandes contre le SR. Le Président n'entend finalement que ce son de cloche et n'est pas disposé à en entendre d'autres.

Fin de l'extrait

Emmanuel

*** / ***

lue 710 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 c'est au moins une confirmation... de françois delpla 08 sept. 2019 11h57
2 Rudolf Rahn de Emmanuel de Chambost 09 sept. 2019 16h23
3 ah oui ! de françois delpla 10 sept. 2019 09h15

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Carnets du chef des services secrets, 1936-1944

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes