Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le maquis de Glières / Claude Barbier

En réponse à -4 -3 -2
-1Sur cette pierre... de Alain Cerri

Romans-Petit (1944) versus Claude Barbier (2014) de Alain Cerri le mardi 05 août 2014 à 20h28

Le capitaine Henri ROMANS-PETIT était l'organisateur de l'Armée secrète dans l'Ain et le chef charismatique des maquis de l'Ain, mais aussi, après l'arrestation du commandant Vallette d'Osia, le chef de l'A.S. en Haute-Savoie de fin novembre 1943 à début février 1944. C'est lui qui a nommé le lieutenant Tom Morel chef des maquis de la Haute-Savoie et lui a donné, fin janvier 1944, l'ordre de réceptionner les parachutages d'armes promis par les Anglais sur le plateau des Glières.
A la fin de la guerre, Romans-Petit, alors lieutenant-colonel et Compagnon de la Libération, publie un livre intitulé Les obstinés (Lille, Janicot, 1945), dont je possède un exemplaire original dédicacé au sergent canadien Albert Spencer (Bomber Command, Royal Air Force) qui, son avion abattu, choisit, après un long périple, de combattre avec les maquisards de Romans-Petit, lequel l'a ensuite décoré et lui a adressé une lettre personnelle (voir ma page "Un Canadien dans le maquis de l'Ain" : http://alain.cerri.free.fr/index6.html

Dans ce livre, à la page 77, Romans-Petit, ignorant les polémiques qui allaient suivre, écrit (en 1944) : "J'ai désigné Tom Morel comme chef de tous les maquis du département [de Haute-Savoie] et cet animateur prodigieux réalise en quelques semaines le regroupement des camps suivant le plan que nous avons arrêté [donc avant que la Haute-Savoie ne soit mise en état de siège, situation qui aurait pu conduire certains maquisards à se "cacher", selon le terme péjoratif et fallacieux employé par Claude Barbier]. Il s'installe lui-même aux Glières, où il a mission de concentrer deux cent cinquante hommes environ pour assurer un plein succès aux opérations aériennes. Nous attendons, en effet, plusieurs tonnes d'armes qui, pour être acheminées vers leur point de destination, à travers un terrain difficile et enneigé, exigeront un personnel nombreux. J'ai près de moi, au P.C. [poste de commandement], Anjot et Lachenal, deux officiers de chasseurs alpins qui connaissent à fond toute la région."

Un Canadien dans le maquis de l'Ain

*** / ***

lue 756 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Crémieux-Brilhac (1975) versus Claude Barbier (2014) de Alain Cerri 07 août 2014 15h28
1 Il n'y a pas lieu d'opposer Romans-Petit à Barbier de Emmanuel de Chambost 08 août 2014 01h20
2 Mauvaise lecture ou mauvaise foi ? LA VRAIE QUESTION de Alain Cerri 08 août 2014 10h04

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le maquis de Glières

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes