Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Présumé Jean Moulin / Jacques Baynac

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1tout à fait ! de françois delpla

Effectivement ! de Alain Cerri le samedi 28 août 2010 à 13h57

Permettez-moi de citer encore une fois Nicolas Bernard qui m'avait convaincu sur un autre forum public :

[…] de l'aveu de l'avocat de René Hardy lui-même, la chose jugée ne saurait avoir une portée absolue. […] les procès de René Hardy n'ont, quoi qu'on en dise, pas réfuté la thèse de la culpabilité. En 1947, il est acquitté sur la base d'un mensonge (il prétend ne jamais avoir été arrêté, et les témoins prétendant l'inverse sont écartés parce qu'anciens membres de la police allemande...). En 1950, il est acquitté pour cause de Guerre froide : les témoins qui corroborent sa trahison, les documents qui l'établissent, sont repoussés parce que d'origine nazie.

En 1950, il a un motif de récusation du témoignage de Delétraz [qui a alerté la Résistance avant la réunion de Caluire en désignant Hardy comme traître]. Cette dernière prétend avoir vu Hardy (alias "Didot"), au Q.G. de la Gestapo lyonnaise quelques heures avant la rafle de Caluire ? Im-pos-sible ! Un témoin, Roger Bossé, l'ancien agent de liaison de René Hardy, et héros de la Résistance qui survivra miraculeusement au peloton d'exécution, certifie au contraire qu'il déjeunait avec Hardy à la même heure ! Entre le survivant héroïque et l'agent "multiple", le choix de l'avocat [maître Maurice Garçon] est évidemment déjà fait.

Oui, mais... La vérité a eu le dernier mot, pour citer Henri Noguères. Et la vérité a été révélée par René Hardy en personne. Au réalisateur d'un documentaire, Claude Bal, il aura cette phrase terrible, des décennies plus tard : "Bossé a fait un faux témoignage ? Eh bien, c'est un copain. Un copain qui ment pour te sortir d'un mauvais coup, c'est un gars bien !" (cité in Noguères, La vérité aura le dernier mot, Seuil, 1985, p. 135)

Cette déposition de Roger Bossé était donc un coup monté. Une manœuvre de René Hardy pour discréditer un témoin qui, par sa faute, sera diffamée et injuriée en audience, menacée d'arrestation, et victime d'une ouverture d'information judiciaire qui, fort heureusement, s'achèvera par un non-lieu.

[Barbie, de son côté] manque de moyens - et doit compter sur des supplétifs parfois douteux (voir le cas Edmée Delétraz, qui travaille pour lui, mais [en dernier ressort] pour la Résistance, et qui fera son possible pour alerter cette dernière de la trahison de Hardy et du piège qui attend certains chefs à Caluire) - mais il n'a jamais varié dans ses déclarations : Hardy était bien le traître.

*** / ***

lue 1591 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Présumé Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes