Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 29 janvier 2014 à 15h02

Pétain - Trahison ou sacrifice ? / Michel Boisbouvier

En réponse à -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Ma conscience va très bien, merci de Jacques Ghémard

La famine chez les handicapés de Nicolas Bernard le vendredi 26 février 2010 à 18h30

Contrairement à ce que soutient Pierre Durand dans Le Train des Fous (Messidor, 1988), théorie initiée par Max Lafont (thèse de doctorat publiée en 1987) il n'y a pas eu de "génocide des fous" sous Vichy, au sens où, à l'inverse de l'Allemagne nazie, le régime n'a pas mené une politique d'extermination délibérée, par famine et mauvais traitements, des malades mentaux. Dès la publication de ces allégations, qui avaient au moins le mérite de susciter le débat, les historiens avaient été en mesure de souligner l'absence de preuve d'un tel programme éliminationniste - voir la critique de ces deux ouvrages par Henry Rousso.

Il n'en est pas moins vrai que le rationnement mené par Vichy, découlant du pillage alimentaire de la France, a abouti à une réduction catastrophique des rations allouées aux hôpitaux psychiatriques dès 1940, ce qui a divisé le milieu des psychiatres, une minorité déniant tout rapport de cause à effet entre le rationnement et l'envolée des statistiques mortuaires, la majorité s'inquiétant au contraire suffisamment pour alerter l'Etat français, qui, cependant, ne décidera qu'en décembre 1942 d'augmenter les rations. La famine ne cessera pas, mais sera beaucoup plus limitée à compter de 1943.

On peut donc parler de négligence, la qualifier même de criminelle, mais il ne s'agit pas, encore une fois, et quoique la différence soit ténue, de génocide, au sens de planification d'un meurtre de masse visant un groupe particulier. Ces faits ont été mis en lumière par Isabelle von Bueltzingsloewen, L'Hécatombe des Fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l'Occupation, Aubier, 2007, et Flammarion, coll. Champs, 2009 (réédition en format poche). En toute hypothèse, le fait démontre que contrairement aux allégations vichystes, des dizaines de milliers de Français sont bel et bien morts de faim sous l'Occupation.

*** / ***

lue 1663 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Pétain - Trahison ou sacrifice ?

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes