Giraud et l'opération <i>Gustav</i> - Le procès de Nuremberg - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le procès de Nuremberg / Joe Heydecker et Johannes Leeb

En réponse à
-1Canaris sauve la tête de Weygand et celle de Giraud de Francis Deleu

Giraud et l'opération Gustav de Francis Deleu le vendredi 19 décembre 2008 à 14h04

Bonjour,

Le 17 avril 1942, le général Giraud, alerte sexagénaire, plutôt que de s'évader par la grand'porte de la forteresse de Königstein, choisit la voie la plus raide en se laissant glisser sur 45 mètres de paroi rocheuse.
Cet exploit hors du commun ne fut pas apprécié par les nazis. En juillet 1942, Keitel donne donc ordre à Canaris d'éliminer Henri Giraud. L'opération reçoit le nom de code "Gustav".
En nous basant sur la déposition du général Lahausen au procès de Nuremberg (témoignage à prendre avec réserve selon François Delpla)

L'Abwehr refusa de bouger. Lorsque deux mois plus tard, Keitel appelle Lahousen au téléphone pour savoir où en est l'opération, ce dernier répondit qu'il n'était pas au courant et que Canaris s'était probablement réservé l'exécution de l'affaire. Canaris était à Paris. Lahousen le rejoint aussitôt afin de le prévenir. Canaris fit dire à Keitel qu'il avait confié l'opération "Gustav" à Heydrich. Malheureusement Heydrich avait été abattu, un peu plus tard, par la Résistance tchèques. L'opération repartait à zéro alors que Giraud avait entretemps gagner l'AFN. Canaris s'en tire fort bien et l'affaire en resta là.

Pour être complet, reproduisons les "confidences" de Keitel, complètement effondré, au psychiatre américain Gilbert (extrait du livre en marge):
Je ne sais que dire ... Cette affaire Giraud, bien sûr, je pensais que ... je m'attendais à ce qu'on l'évoque, un jour ou l'autre ... quelle horrible tache sur mon honneur d'officier ... Il est normal qu'on m'accuse d'avoir préparé cette guerre ... j'ai simplement fait mon devoir et obéi aux ordres. Mais ce projet d'assassinat ... je me demande comment j'ai pu me fourvoyer dans une histoire aussi révoltante ...
Si l'assassinat de Weygand et de Giraud ne dépassa pas le stade des intentions, le projet d'éliminer physiquement les généraux français internés à Königstein s'appuie sur des archives concrètes provenant du ministère des Affaires étrangères. Ces archives constitueront une charge écrasante contre Ribbentrop et plus tard contre Kaltenbrünner.

Détails au prochain numéro !

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1587 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes