Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 03 mai 2008 à 15h23

Le procès de Riom / Pierre Béteille

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1300 km ? Plus : l'aviation... de Grozibou

dubitatif de arcole le samedi 03 mai 2008 à 15h17

Permettez moi de ne pas spécialement abonder dans votre sens, sur le rôle éminent qu'aurait joué la marine française. Les Anglais n'ont pas eu à tirer "la couverture à eux", ils étaient déjà bien couverts.
Avez vous remarqué que pour donner des noms à nos glorieux navires, on n'a jamais pu utiliser le nom d'une seule grande victoire navale? On utilise des noms de gloires "terriennes", Clémenceau, Richelieu, ou de celles de trés modestes guerilleros des mers (Surcouf, Jean Bart). Jamais la victoire n'illumina nos escadres, en exclusivité. Nos amiraux n'ont jamais su être que des mous indécis, ou des intrigants de ministères.

Détail lamentable, nous en sommes encore à reprocher aux Anglais de ne pas avoir évacué la totalité des assiégés de Dunkerque, alors que nous avions, nous une marine, infiniment plus nombreuse et plus proche dans ses ports. Au moment où les britanniques, pour sauver leur corps expéditionnaire, envoyaient jusqu'aux bateaux de plaisance sous les bombes des Stukas, nous gardions, nous, nos précieux bateaux au repos, de la Normandie au Golfe de Gascogne.

Le fait d'avoir une flotte puissante ne trouvait sa justification que si la guerre avait été poursuivie dans tout l'Empire. Dés lors que des "dirigeants de rencontre" considéraient la partie comme perdue avec l'invasion de la métropole, l'existence même de la flotte ne se justifiait plus guère.


J'ajouterai que l'efficacité même de nos vaisseaux sous le brillant commandement des vaniteuses badernes étoilées, n'a jamais démontré une bien grande efficacité.

Au bombardement de Gênes, en juin 1940, la flotte française s'est tout simplement trompée de zone, et au lieu de bombarder un vallon industriel de Gênes, elle a pilonné le vallon voisin, uniquememnt peuplé d'habitations.

Plus récemment encore, au tout dernier combat au canon, livré par la marine française,(1956) le Kersaint a tiré 53 obus sur l'Ibrahim el Awal... sans aucun coup au but.
On est loin de la volée du Bismarck, fatale au Hood, dés le premier tir!

*** / ***

lue 907 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Rôle pas éminent de Grozibou 03 mai 2008 18h12

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le procès de Riom

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes