Piège italien - Ligne de Front - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un sicle de guerre terrestre : analyse, documents et tmoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 24 décembre 2007 à 13h35

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

En réponse à -3 -2
-1Intéressant, mais... de d.zambon

Piège italien de Laurent Laloup le lundi 24 décembre 2007 à 13h31

Bonjour,

Gustavo Camerini, Légionnaire italien "free french" de la 13 DBLE, Compagnon de la Libération , reviens dans ces mémoires sur l'échec français.

Extrait de "Ce soir nous monterons tous au paradis"

Pour en finir tout de suite avec cette affaire, et je n'ai pas l'inten­tion de faire des critiques, je dirai que cette affaire avait été mal agencée, très mal étudiée, et lancée comme ça, un peu en l'air. J'ajoute, pour terminer cet épisode, que, après la guerre, étant ren­tré en Italie, dans la vie civile, il se trouva qu'un de mes anciens amis italiens était l'officier qui avait préparé la défense fasciste de ce côté-là. Il m'envoya tout le plan. Il me montra que toutes les pistes qui avaient été suivies étaient de fausses pistes fabriquées par eux. Ces fausses pistes aboutissaient à des champs de mines. Comme quoi, évidemment, il était absolument impossible, à quelque unité que ce soit, d'arriver à un point quelconque. On retombait au-dessous du massif de El Himeimat et il n'y avait rien à faire.
Bien entendu, c'était toujours la même histoire : la meilleure troupe du monde que nous étions, avec des cadres inférieurs et des troupes de premier ordre, était commandée de façon... un peu faible, disons. Et surtout on ignorait ce qui dans toute armée, à commencer par l'armée française, est considéré comme le bureau le plus impor­tant, celui des Renseignements, R majuscule. Renseignements ? On partait, on partait à la baïonnette, en confiants, à la bravoure, d'une troupe qui était brave, certainement, très brave, mais ça ne suffisait pas.


Pour moi, cette bataille reste très confuse. J'ai en projet -projet lointain -de me faire mon propre sujet, avec mes plan, en décomposant bien les differents mouvements, heure par heure. Je suis pas du tout calé pour ce qui est des récits de bataille, sujet strictement militaire. C'est pour moi souvent hermétique. J'ai besoin de potasser laborieusement....


Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 1567 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes