Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

L'armée de l'air des années noires / Claude d'ABZAC-EPEZY

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Rectification et précisions de Léon BEL

De Gaulle et les USA, 1961-69 de Jacques Ghémard le mardi 11 septembre 2007 à 08h25

Trouvé ça
L'un des intervenants est Pierre Messmer, ministre français des armées (puis de la défense) pendant la période. Messmer confirme que les Américains avaient recruté nombre d'"amis" dans les structures de la haute administration française, voire dans les cadres militaires. Il donne quelques précisions. Il dit notamment ceci du général Paul Stehlin, chef d'état-major de l'Armée de l'Air française jusqu'en 1964 : « Je n'ai pas de preuve mais il y a des indices assez sérieux. Quand le général Stehlin, chef d'état-major de l'Armée de l'Air, quitte ses fonctions [en 1964,] par limite d'âge, on s'aperçoit six mois après qu'il devient vice-président d'une grande société d'armement américaine. Si cette proposition lui est faite, c'est parce qu'il avait auparavant, dans ses fonctions, d'excellents rapports avec les Américains. » (La société en question est Northrop. En 1974, Stehlin se rendit célèbre en communiquant au président de la république Giscard d'Estaing, qui l'utilisait effectivement comme conseiller occasionnel, une fiche expliquant qu'il fallait préférer que les quatre pays de l'OTAN, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Norvège, achète un avion américain (dont le Northrop YF-17, en concurrence avec le General Dynamics YF-16) de préférence au Mirage F.1E français. Cette étonnante recommandation d'un expert français pour un président de la république française était basée sur le jugement de Stehlin que, pour la survie de l'Occident face à l'URSS, il fallait plutôt chercher à investir dans la supériorité technologique américaine que dans une technologie française dépassée/ L''on voit que le technological gap est une sorte de serpent de mer pour toutes les saisons et toutes les époques.) Bon prince et d'ailleurs pas du tout faussement, Messmer précise à propos de ces gens qui informaient les Américains durant cette époque gaulliste qu'« ils n'avaient pas du tout mauvaise conscience. En transférant des informations aux Américains, ils n'avaient pas l'impression de s'opposer aux intérêts de la France mais à la politique du général de Gaulle ». Cette remarque est complètement exacte, elle constitue d'ailleurs une caractéristique de l'état d'esprit des Français qui décident de collaborer avec l'étranger, et, certainement, de façon systématique lorsque l'étranger est l'Amérique.


Anti gaullisme persistant ?

Amicalement
Jacques

*** / ***

lue 1812 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L'armée de l'air des années noires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes