Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La guerre d'Espagne / François Fontaine

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1la lâcheté des démocraties de arcole

Albion avant 39 et Sam après 45 de françois delpla le mercredi 06 décembre 2006 à 21h28

"Les Etats n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts", disait de Gaulle. Qui avait par ailleurs le sens des alliances et de ce que la France pouvait et ne pouvait pas faire seule.

La genèse du gâchis de la non-intervention, en 1936, est connue : Blum voudrait au moins honorer les commandes d'avions passées par le gouvernement républicain avant le putsch, Londres lui fait savoir qu'il prendrait la chose très mal et il s'incline sans phrases (mais est cependant, on le sait depuis peu, contraint de faire jouer en conseil des ministres sa voix prépondérante de président). Il y avait de la lâcheté à céder mais quelle héroïque audace, intellectuelle avant tout, n'aurait-il pas fallu pour passer outre ? D'autant plus que Churchill, déjà en flèche depuis des années dans la dénonciation du danger nazi, était quasi-franquiste au début. Et après tout, on peut aussi plaider (ce que ne fait pas Blum et encore moins le PCF) que Largo Caballero est bien gentil, mais que l'intérêt vital de la France est ailleurs, qu'elle ne doit pas se disperser et que d'ailleurs l'Espagne a de fortes allures de diversion hitlérienne.

Donc pas d'autre solution au fond qu'un réveil de la belle SDN au bois dormant pour mettre à plat tous les dossiers... en sommant le très wilsonien Roosevelt d'y occuper enfin son siège, et fissa. C'est là que la Carabosse hitlérienne rentrerait dans le néant; si les nations décident en ordre dispersé, le maître diviseur garde la main. Mais encore une fois, personne ne le voit dans ce rôle (les communistes un peu, mais outre qu'ils sont subordonnés à la changeante conception stalinienne de l'intérêt d'Etat soviétique, ils font l'erreur lourde de conséquences de croire Hitler otage de Krupp).

Après 45, là, vraiment, la décision est à Washington... mais l'Angleterre aussi joue son rôle. Churchill a pris fermement parti pour le maintien de Franco, en 1944, pour convaincre les bourgeoisies européennes (et américaine) qu'elles n'avaient rien à craindre de la chute de Hitler (dont il ne vend pas la peau avant le 30 avril 45); même chose en Grèce où le même Churchill écrase les résistants communistes à Noël 44. Et il obtient pout le tout le soutien tacite de Staline, rencontré à Moscou en octobre de la même année, en prélude à Yalta. Quant à de Gaulle, il a assez à faire pour prendre la France en main et mater ses propres communistes. A tort ou à raison il considère la région toulousaine comme la plus turbulente (affaire Ravanel) et ne saurait y tolérer la base arrière d'une revanche de la guerre civile.

Tout ça n''excuse personne, mais montre la complexité des problèmes.

Blum et l'Allemagne

*** / ***

lue 727 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 de la poudre et des balles! de arcole 06 déc. 2006 23h46
1 L'encerclement de la France de Laurent Laloup 07 déc. 2006 09h52
1 comme Jospin... de françois delpla 07 déc. 2006 10h13

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La guerre d'Espagne

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes