Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

François Darlan / Henri Michel

 

Henri Frenay, pressenti pour Alger le 8 novembre 1942... ? de René CLAUDE le mardi 30 mars 2004 à 09h56

Bonjour,

A. de Chantérac, après avoir déroulé la journée du 8 novembre du chef de la France libre à Londres et décrit la fureur de de Gaulle, fureur apaisée par un déjeuner avec Churchill et Eden, écrit :
"A 18 heures, il reçut Frenay, chef du mouvement de résistance Combat en métropole, qui se trouvait à Londres et qui se proposait d'aller à Alger "pour jeter un pont entre Giraud et la France combattante." En fait, c'est sir Charles Hambro, qui dirigeait le SOE, qui y pensa le premier. De Gaulle réfléchit et dit à Frenay : "Vous partirez, accompagné de Billote et de Palewski." Au dernier moment, il renoncera à Frenay pour des raisons qu'explique clairement Henri-Christian Giraud.
Par contre, dès le 10 novembre, il demande officiellement son appui au Premier ministre pour envoyer une mission en Afrique du Nord conduite par René Pleven, son compagnon depuis 1940 et qui lui est fanatiquement dévoué.
Mais, dès le 14 novembre, le Comité national français renonça à l'envoi d'une mission à Alger quand il apprit la prise du pouvoir par Darlan.(...) Si de Gaulle considérait la nomination de Giraud comme une erreur, il ne pouvait trouver de mots assez forts pour exprimer son total écœurement de voir Eisenhower entrer en rapport avec Darlan."

L'idée d'envoyer Henri Frenay à Alger, avant l'ultime retournement de Darlan et son accord avec Clarck, était habile : Frenay, qui était en train de rompre ses derniers liens idéologiques (et affectifs) avec Pétain, avait conservé d'excellents contacts dans l'armée française. Il n'était alors pas (encore) trop "marqué" par le gaullisme; son choix comme représentant officieux auprès de Giraud était judicieux.
Mais une fois l'expédient Darlan en place, la mission perdait son sens. (Le choix initial de Frenay infirme le discours de ceux qui tentent d'opposer systématiquement Frenay à de Gaulle.)

On voit que très vite la France combattante chercha à prendre pied à Alger. C'est par les frères d'Astier que ce sera chose faite.

Bien cordialement.

RC

PS : Je vais voir si Robert Belot aborde cette mission avortée dans sa biographie extrêmement précise du patron de Combat.

*** / ***

lue 606 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Le general Alphonse Georges de Ralph de Butler 30 mars 2004 17h03
2 Churchill et le général Georges de Francis Deleu 30 mars 2004 21h41
2 Joseph Georges ? de René CLAUDE 30 mars 2004 21h59
3 Alphonse ou Joseph ? de Francis Deleu 30 mars 2004 22h26
4 Right ! de René CLAUDE 30 mars 2004 22h27
4 Georges, comme le "joker" de Churchill ... ? de René CLAUDE 30 mars 2004 22h30
5 Le General Georges de Ralph de Butler 31 mars 2004 01h27
6 Le général Georges et la politique de Francis Deleu 31 mars 2004 21h06

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur François Darlan

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes