Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Carnets du chef des services secrets, 1936-1944 - général Louis Rivet, notes et présentation par Olivier Forcade et Sébastien Laurent
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Brinon (Fernand de) - France
-

(1885-1947) Fernand de Brinon était désigné, le 3 novembre 1940, comme chargé de mission à Paris avec rang d'ambassadeur et recevait, le 18 décembre, le titre de délégué général du gouvernement français pour les territoires occupés. Avant guerre, il avait été rédacteur aux "Débats" jusqu'en 1930, puis directeur du quotidien financier "L'Information" jusqu'à sa démission en novembre 1938. Premier journaliste français à interviewer le chancelier Hitler ("Le Matin" du 22 novembre 1933), il a été membre du comité directeur de France-Allemagne fondé en 1935 par Otto Abetz. Membre du comité d'honneur du groupe Collaboration, il fait aussi partie du comité de fondation de la LVF, dont il deviendra le président en 1943. En septembre 1944, à Sigmaringen, Brinon sera président de la Commission gouvernementale formée avec Luchaire, Darnand, Déat et Bridoux. Il sera condamné à mort et exécuté en avril 1947.


Darlan (François) - France
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.


Déat (Marcel) - Vichy
-

(1894-1955)
Membre de la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière), Marcel Déat est élu député de 1926 à 1923 et de 1932 à 1936. Sous l'influence de Henri de Man (socialiste belge, théoricien du "planisme"), il préconise le dirigisme économique de l'Etat. Exclu de la SFIO en 1933, Déat fonde le Parti socialiste de France(*) puis en 1935, l'Union socialiste et républicaine qui participe à la majorité du Front Populaire. Son article "Mourir pour Dantzig?" publié dans "L'Oeuvre" fait de lui le chef des pacifistes de gauche. Le 10 juillet 1940 il vote les pleins pouvoirs à Pétain. En 1941, partisan inconditionnel de la collaboration avec l'occupant allemand, il fonde le RNP (Rassemblement National Populaire). Il collabore également à la fondation de la LVF (Légion des Volontaires Français) contre le bolchevisme. A la Libération, réfugié en Italie, il est condamné à mort par contumace.

(*) ne pas confondre avec le Parti social français créé par le colonel de la Rocque en 1936.


Frenay (Henri) - Résistance (France)
-

Fondateur de "Combat" premier mouvement de Résistance en Zone Sud.
Compagnon de la Libération - Biographie


Paillole (Colonel) - France
-

Fondateur des TR (Travaux Ruraux), puis directeur de la DGSS (Direction Générale des Services Spéciaux)à Alger de 43 à 44, puis à Paris, chef du service de contre-espionnage en 44-45.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


OCM - Organisation Civile et Militaire - Résistance (France)
-

Mouvement de résistance en zone nord occupée, l'OCM voit le jour à Paris en décembre 1940. De tendance modérée pour ne pas dire conservatrice, le mouvement rassemble d'une part des officiers démobilisés et d'autre part des cadres civils issus de la Confédération des Travailleurs Intellectuels.


SR - Service de Renseignements - France libre
-

Créé et dirigé par le colonel Passy, le SR deviendra le BCRAM (Bureau Central de Renseignements et d'Action Militaire), précurseur du BCRA.


SR - Parti socialiste révolutionnaire - Union soviétique
-

Parti socialiste révolutionnaire. Créé en 1902, le Parti socialiste révolutionnaire se réclame des traditions populistes du mouvement révolutionnaire russe. Plus proche du monde paysan que du monde ouvrier, le SR entrera en conflit avec le parti de Lénine.

Dans ce texte :

3 juin 1942, entretien Rivet-Laval de Emmanuel de Chambost le jeudi 05 septembre 2019 à 15h55


En guise de " bonnes feuilles", le premier entretien entre Rivet, chef des services secrets, et Laval, 6 semaines après le retour au pouvoir de ce dernier en avril 1942. Darlan est alors chef des armées.

3 juin 1942
Reçu par M.Laval qui me dit
« Je connais peu vos services (il confond 2e bureau et SR) mais je m'y intéresse.
Que fait-il ? (je le lui dis »
« je ne suis renseigné que par le service de l'Intérieur et des Affaires étrangères et je me rends compte que ce que vous glanez dans le secret présente un grand intérêt au point de vue de ma politique étrangère. Pour ce genre de renseignements, il ne faut pas qu'il y ait trop de cloisons entre vous et moi.

Donc, venez quand vous avez quelque chose d'important à me dire. J'ai eu l'occasion de m'entendre dire par les Allemands que nos services secrets leur causaient des ennuis. Mais je ne suis pas dupe des desseins que peuvent cacher ce propos.

Vous me dites que le SR allemand est très actif en France. Je m'en étonne un peu. Que veulent-ils savoir puisque nous ne leur cachons rien [sic] ?

Ils remettent des questionnaires à nos agents ? Bien. Je serais heureux que vous m'en montriez. Cela me servirait beaucoup dans certaines conversations que j'ai avec les autorités allemandes. »

(Nous parlons de la centralisation du SR dont l'amiral ne semble pas avoir dit grand-chose). Je dis au président que le SR unique à cet échelon n'est pas opportun pour des raisons de sécurité des SR et de sécurité gouvernementale. Il est de cet avis mais n'insiste pas autrement sur cette question.

« Depuis que je suis au pouvoir, j'ai eu des "tuiles", mieux que cela, ce sont des pans de mur qui me sont tombés sur la tête. On critique évidemment beaucoup ma politique ; Je m'y tiens car je n'ai qu'un but : restaurer l'intégrité du territoire national et de l'empire.

Je ne suis pas dupe de ceux qui me tirent tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre. A chaque instant, je dois tourner un écueil [sic]. Je voudrais que le bon sens français comprît ma fonction et me fasse confiance.

Un jour, j'ai reçu le colonel Azaïs, des contrôles (note du général Rivet, postérieure à la guerre : Contrôles télégraphiques, téléphoniques et postaux). Il m'apportait un papier où l'on me proposait d'écouter l'ambassadeur des Etats-Unis et de lui subtiliser des papiers. Si j'avais écrit sur ce papier « approuvé », et qu'il soit tombé le lendemain aux mains des Américains, c'était la rupture diplomatique avec eux. Je ne veux pas ça. Mais c'était tellement inintelligent que j'ai immédiatement remplacé Azaïs, qui me parait par ailleurs un brave garçon.

Et puis, il y a trop d'excités, j'ai fait interner le général LL (Note Sébastien Laurent : le général de La Laurencie fut nommé en août 1940, délégué général de la Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupé. En décembre suivant, il procéda à l'arrestation de Marcel Déat au lendemain de celle de Laval. Ouvertement anglophile, il fut rappelé par Vichy à la demande des Allemands. Exclu du Conseil national par Darlan en mai 1941, il noua des contacts avec la résistance, notamment avec les fondateurs de l'OCM et avec Henri Frenay, puis avec l'ambassade américaine à Vichy. Ses activités étaient connues des services de contre-espionnage du commandant Paillole. En mai 1942, il fut arrêté par Laval qui le fit interner au camp d’Évreux).

Je ne lui veux aucun mal. Il y a quantité de bons français qui rêvent de sauver le pays à leur manière, mais ils me gênent dans une politique qui n'a pas d'autre but que le salut du pays.

Mme G… ? Oui, je la connais bien ; comme beaucoup de bonnes françaises, elle essaye de m'éclairer sur ce qui menace le pays ou simplement la politique saine que je veux pratiquer. Il faut évidemment en prendre et en laisser, mais elle connaît beaucoup d'Allemands, elle est très sûre, et vos relations avec elle peuvent vous apprendre beaucoup de choses.

J'ai retranché la gendarmerie du corps de l'armée d'armistice ; Je poursuis deux fins : mettre à ma disposition un instrument excellent du maintien de l'ordre et augmenter par ce procédé l'importance numérique de notre armée.»

Nota : M.de Brinon a téléphoné pendant notre conversation. Le président dit : « C'est de Brinon qui me dit que le tribunal militaire de (Périgueux ou Limoges?) est saisi des mouvements "Paix et Libertés". »

Vous ne connaissez pas Bousquet ? Allez le voir de ma part. Il y a intérêt à ce que vous soyez bien avec lui.

Fin de l'extrait

Emmanuel

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes