Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le maquis de Glières - Claude Barbier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Crémieux (décret)
-

Le décret Crémieux, du 24 octobre 1870, accorde la citoyenneté française aux Israélites, résidents en Algérie.
Le décret sera aboli, sous Vichy, par la loi du 7 octobre 1940 portant abrogation du décret du Gouvernement de la défense nationale du 24 octobre 1870 et fixant le statut des juifs indigènes des départements de l'Algérie.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Gaulliste - France libre
-

Appellation péjorative des Français Libres
Jamais les Français Libres ne se dénommaient ainsi en parlant d'eux. Cette expression est une "invention de la propagande Allemande" écrit le général de Gaulle "qui tend à nous confondre avec ces anciens partis politiques qui portaient le nom de leurs chefs, "doriotistes ou "paul-fauristes" d'avant guerre." (dans "La 1ère DFL" du général Yves Gras)
JGh


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


AS - Armée Secrète
-

En Belgique: nom définitif donné le 1 juin 1944 à la Résistance belge après la fusion de plusieurs groupements de résistance.

-

En France. Sous le commandement du général Charles Delestraint, l'AS tente de coordonner les différents mouvements de résistance. L'AS trouvera se place dans la Résistance avec le développement des maquis qui offrent aux militaires la possibilité d'encadrer des "troupes".

Dans ce texte :

Romans-Petit et Cantinier... de Alain Cerri le mardi 12 août 2014 à 09h26

Tout à fait d'accord avec ce point de vue, j'avoue ne pas avoir (encore !) lu Alain Guérin (les Alains sont des barbares sarmates querelleurs (-;

Juste un double bémol :

1) C'est seulement en 1970 que Romans-Petit parle de ne faire monter sur le plateau des Glières qu'une centaine d'hommes pour réceptionner les parachutages d'armes promis par les Anglais ; en 1945, dans son livre Les obstinés, p. 77, il prévoit deux cent cinquante hommes, nombre qu'il justifie en expliquant que "plusieurs tonnes d'armes […] pour être acheminées vers leur point de destination, à travers un terrain difficile et enneigé, exigeront un personnel nombreux".
En effet, comme je l'ai déjà mentionné, dans les années septante, il est de bon ton de critiquer les grands rassemblements de maquisards, qu'on accuse d'avoir été meurtriers et de ne pas avoir servi à grand-chose, sinon à soutenir la Résistance gaulliste… en oubliant qu'intensifier la guérilla ("l'action immédiate", selon l'expression de l'époque), comme le voulaient surtout les communistes, avec des jeunes peu instruits militairement et faiblement armés, aurait été encore plus meurtrier pour ces derniers ET pour la population. Cela est une autre question de débat, mais, pour la Haute-Savoie, je me permets juste de rappeler cette déclaration d'époque (tirée de l'un de mes ancien message sur un forum) :
Le 12 août 1944, le médecin-chef Oberstleutnant Recktenwald, commandant la place d'Evian (où se trouvaient plus de huit cents soldats allemands hospitalisés), déclarait (cf. rapport Recktenwald, section hôpital 906 d'Evian à la section hôpital 509 d'Annecy) : Il conviendrait de ratisser la Haute-Savoie avec une division expérimentée et d'expédier dans un camp de concentration tous les hommes de dix-huit à cinquante ans. A ce moment-là (août 44), il était sans doute trop tard pour les Allemands, mais, en février-mars 1944, ceux-ci auraient très bien pu organiser une telle opération si le département avait été mis à feu et à sang par la guérilla qui aurait menacé les arrières ennemis (vallée du Rhône et surtout route d'Italie). N'oublions pas que la répression du maquis des Glières n'a pratiquement pas touché la population environnante...

2) Il est vrai que Rosenthal (Cantinier) a joué un grand rôle dans le maintien du maquis des Glières face aux Allemands. Alimentant la "guerre des ondes" en envoyant à son ami Schumann à Londres de nombreux télégrammes épiques (dont, heureusement, Claude Barbier, en 2014, nous révèle les aspects exagérés… en feignant d'oublier que Crémieux-Brilhac l'avait déjà fait quarante ans auparavant !), il a constamment poussé au combat exemplaire, allant même jusqu'à annoncer la fausse nouvelle du largage d'un bataillon de parachutistes canadiens (cf., par ex., Claude Antoine, Le bataillon des Glières) pour éviter que le capitaine Clair, chef de l'A.S. en Haute-Savoie, ne donne l'ordre de repli avant l'arrivée des troupes allemandes ! S'il a toujours cherché à se mettre en valeur, prétendant même, à un moment, être le véritable chef de la Résistance en Haute-Savoie, il a bien servi de Gaulle puisque celui-ci l'a félicité à la Libération…

Cordiales salutations !

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes