Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le maquis de Glières - Claude Barbier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Armée Secrète - AS
-

En Belgique: nom définitif donné le 1 juin 1944 à la Résistance belge après la fusion de plusieurs groupements de résistance.

-

En France. Sous le commandement du général Charles Delestraint, l'AS tente de coordonner les différents mouvements de résistance. L'AS trouvera se place dans la Résistance avec le développement des maquis qui offrent aux militaires la possibilité d'encadrer des "troupes".


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


BBC - British Broadcasting Corporation - Grande-Bretagne
-

Radio Londres


BCRA - Bureau Central de Renseignements et d'Action - France libre
-

Services secrets de la France libre à Londres, dirigé par le colonel Passy.

Dans ce texte :

La version d'Alain Guérin de Francis Deleu le lundi 11 août 2014 à 22h52

Bonsoir,

Dans sa monumentale Chronique de la Résistance, Alain Guérin décrit les prémices du choix des Glières (pp 1 138 et 1 139). Pour enrichir le débat, proposons donc un large extrait :

***** Lorsqu'en 1943 Londres demande aux gens de l'AS (Armée secrète) des propositions de terrains aptes à recevoir des parachutages et que six d'entre elles sont d'abord choisies pour la Haute-Savoie, c'est le plateau des Glières qui sera finalement retenu. S'il est parfait du point de vue des aviateurs, ce terrain pose toutefois un problème à ceux qui devront ramasser le matériel parachuté : il n'est, à l'époque, accessible que par des sentiers de montagne. Or, entre le moment où un message personnel convenu de la BBC annonce le parachutage et le moment où sont largués les containers, il ne s'écoule en général que quelques courtes heures. Trop peu de temps pour réunir et faire monter des vallées voisines jusqu'au plateau le nombre d'hommes nécessaires à l'allumage des feux qui doivent baliser le terrain, puis au rapide ramassage des parachutes éparpillés sur le sol. Il faut donc prévoir et vite organiser, sur le plateau des Glières, l'installation d'un contingent permanent de maquisards capables de réceptionner, les nuits où elles tomberont du ciel, les armes tant attendues. C'est ce fait le chef départemental de l'AS, dont une centaine de membres va s'installer là-haut. Qui est ce chef départemental ? Quelqu'un que nous connaissons bien, puisqu'il s'agit d'Henri Romans-Petit. [...description du parcours de Romans-Petit ...]

Sous le sous-titre Le « défi » des Glières Alain Guérin poursuit :

C'est le 29 janvier 1944 que Romans-Petit informe son supérieur régional Albert Chambonnet, alias Didier de sa décision à propos des Glières. « J'ai désigné mon adjoint, lui dit-il, pour commander un détachement d'une centaine d'hommes, avec pour mission de résider sur place pour recevoir ... » etc. Chambonnet ne trouve rien à redire à cette désignation du lieutenant Théodose Morel, alias Tom. Non seulement c'est un homme sûr, mais il a déjà un charisme de héros et un étonnant ascendant sur les jeunes résistants [...portrait et parcours de Tom...]
Toujours est-il que c'est avec enthousiasme que Théodose Morel s'installe. Comme le rappelle Paul Dreyfus dans ses Histoires extraordinaires de la Résistance : « "Nous sommes le premier coin de France qui soit libre !" s'est-il écrié en prenant possession du plateau. »
Cet enthousiasme est bien plus que partagé, il est entretenu par l'envoyé du BCRA, le capitaine Rosenthal. [...description de la personnalité et du parcours de Rosenthal...] Il est convaincu de l'imminence d'un débarquement et du rôle de diversion que pourraient alors jouer les Glières. Il possède des moyens de liaison puisqu'il communique non seulement avec Bourgès-Maunoury, qui se trouve à Lyon, mais qu'il peut aussi entrer en relation avec Londres grâce à un poste émetteur clandestin actionné par Haim (Croate). « Rosenthal (Cantinier) jouera donc, à la fois par la force de caractère et par la force des choses, un rôle capital dans le choix des Glières et dans les décisions qui suivront l'installation sur le plateau ». En écrivant cela, Amouroux ajoute en note que Rosenthal fait partie de la mission Musc dont le chef est l'officier britannique Helsop, alias Xavier, lequel, dit-il, « restera jusqu'à la Libération auprès de Romans-Petit dans le maquis de l'Ain ». *****
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes