Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le maquis de Glières - Claude Barbier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


GMR - Groupe mobile de réserve - Vichy
-

Menée de pair avec l'étatisation des polices municipales, la création des GMR fut une émanation directe du régime de Vichy.
Conçus d'abord pour constituer une force d'intervention rapide et efficace du maintien de l'ordre, les GMR entrent rapidement de la logique d'adaptation de l'appareil policier de répression : opérations de poursuite des réfractaires au STO, traque des résistants et de Juifs.

Dans ce texte :

L'ingrat travail de la thèse. de Emmanuel de Chambost le lundi 28 juillet 2014 à 08h54

Assurément, il faut de tout dans ce bas monde, des Alain Cerri (et j'en profite pour m'excuser d'avoir précédemment écorcher votre nom) qui mettent en ligne, à la disposition de tous les curieux, des informations utiles et précises, et d'autres qui se lancent dans l'aventure d'une thèse, c'est-à-dire qui acceptent de placer la barra assez haut, se soumettent à un directeur de thèse qui les aidera mollement, mais ne donnera son feu vert que lorsque tous les matériaux pertinents pour le sujet auront été défrichés.

C'est un travail ingrat, car il est bien rare qu'en histoire contemporaine, le défrichage systématique de tel ou tel fond d'archives parvienne à révolutionner les connaissances que l'on a d'un évènement, mais le niveau de fiabilité des informations aura été considérablement rehaussé.

Sans être spécialiste de Glières,je le répète, j'ai voulu comparer la présentation de Barbier avec celle qu'en faisait Charles Rickard en 1986 dans le seul bouquin qu'en cet mois de juillet pluvieux en Savoie, j'ai sous la main: "La Savoie dans la Résistance". Que disait Rickard sur la genèse du bataillon des Glières:

"A l'origine des Glières, il y eut tout d'abord l'annonce du grand parachutage. [citation de Romans-Petit] Les effectifs d'une compagnie paraissent alors nécessaires mais suffisants pour assurer le succès de l'opération si ardemment réclamée par Cantinier...
Mais le 30 janvier, Jourdan apprend que tous les camps de Haute-Savoie doivent faire mouvement sur les Glières. A Thônes, le lieutenant Morel lui explique les raisons de ce revirement. Les raisons sont claires. Des trains entiers de miliciens, de gardes mobiles et de GMR arrivent de toutes part. Devant les prochains assauts, les camps ... ne pourront tenir... Les camps vont donc monter sur le plateau...
"

En fin de compte, la présentation que fait Barbier dans les pages 141-147 n'est pas révolutionnaire, mais elle est bien plus solide, car les différents éléments sont discutés en détail et le témoignage de Jourdan est recoupé par d'autres sources.

Il serait intéressant de comparer la thèse de Barbier et le bouquin qui en est résulté. Avez-vous eu l'occasion de le faire ?

J'ai appris à la page 16 du bouquin qu'une autre thèse avait été soutenue en 1991 à Cambridge par Paul Abrahams sur la Haute-Savoie pendant la Seconde Guerre mondiale, thèse britannique directement publiable (la thèsard britannique est dispensé de la double peine d'avoir à rédiger une thèse indigeste et ensuite, s'il n'est pas mort, un livre édité). Cette thèse n'a été traduite qu'en 2006 (La Haute-Savoie contre elle-même: 1939-45. Les Hauts-Savoyards vus par l'administration de Vichy) dans un livre malheureusement disponible que dans un nombre très restreints de BU. Avez-vous lu ce livre ? qu'en pensez-vous ?

Emmanuel

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes