Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le maquis de Glières - Claude Barbier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Précisions ! de Alain Cerri le dimanche 27 juillet 2014 à 10h27

Dans ma « description » du livre de Claude Barbier sur ce site, j’ai écrit que celui-ci avait fait « un exposé assez pertinent et objectif sur l’histoire du maquis « de » Glières ». En effet, ayant apprécié son apparent respect des règles de l’histoire académique ainsi que la modération de ses propos, j’ai estimé l’ouvrage assez pertinent dans l’ensemble, ce qui ne m’empêche pas de juger certaines interprétations tendancieuses, comme je viens de le souligner. Pour donner un autre exemple de la tendance de Claude Barbier à minimiser l’importance de la résistance sur le plateau des Glières, je citerai une petite phrase, en apparence anodine, de sa conclusion. Page 361, il écrit pour résumer la bataille des Glières : « […] les maquisards quittèrent Glières après que les Allemands eurent mené, le 26 mars en fin d’après-midi, une reconnaissance offensive qui mobilisa une section. »
En soi, cela est exact, mais s’avère extrêmement réducteur. Non seulement Claude Barbier limite-t-il la bataille des Glières à son dernier jour alors qu’elle avait commencé le 5 février, mais encore omet-il de mentionner le bombardement aérien, qui avait débuté le 12 mars, le pilonnage d'artillerie du 25 mars ; le matin du 26 mars, la destruction d’une dizaine de chalets et le mitraillage des sous-bois par l’aviation allemande, les deux attaques des francs-gardes de la Milice française ainsi que la première reconnaissance offensive des chasseurs de montagne allemands, toutes repoussées par les maquisards. En outre, il ne dit mot de la contre-attaque d'une sizaine à Monthiévret l’après-midi face à la seconde reconnaissance offensive des chasseurs de montagne allemands...

En fin de compte, si Claude Barbier n’a pas tort de rappeler qu’il n’y a pas eu de grands combats aux Glières, ce en quoi il n’apprend rien de nouveau contrairement à ses déclarations, il manifeste cependant une fâcheuse tendance à minorer l’affrontement.

Certes, il y a vingt ans déjà, dans la revue Esprit de janvier 1994, les historiens Jean-Pierre Azéma, François Bédarida et Pierre Laborie déclaraient que « la production historique concernant la Résistance [avait] longtemps été une hybridation entre la science et le mythe » (page 1), que « les livres […] qui lui sont consacrés [sont] trop souvent malheureusement sur le mode épique » (page 19) et qu’il s’agissait enfin de poursuivre « le processus d’historisation de la Résistance » (page 33). Toutefois, la thèse de Claude Barbier, si elle s’inscrit dans ce dernier, est trop tendancieuse et trop peu novatrice pour creuser « l’écart […] entre des mémoires sensibles aux mythologies des sirènes pieuses et une histoire de plus en plus professionnelle » (Esprit, 1994, page 33).

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes