Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ce que savaient les Alliés - Christian Destremau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abetz (Otto) - Allemagne nazie
-

(1903-1958) Francophile, Abetz participa au début des années trente à diverses rencontres franco-allemandes. En janvier 1935, il fut chargé au sein de la Ribbentrop Dienstelle de la propagande en direction de la France: il lança le Comité France-Allemagne et mit en place un réseau de relations dans la presse française. Lors de la déclaration de guerre en 1939, il sera expulsé de France pour y revenir en août 1940 comme représentant de Ribbentrop à Paris, avec le rang d'ambassadeur.
En 1949, il sera condamné par le tribunal militaire de Paris à 20 ans de détention et remis en liberté en 1954.


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Le Chevalier noir de Sacré Graal de Nicolas Bernard le lundi 07 décembre 2009 à 11h33

En attendant que je revienne sur le reste, et pour le fun...

L'anonyme écrit :

> Or, pour ce qui d'avoir été envoyé dans les cordes par
> un"historien" (réel ou autoproclamé, peu importe) il ne
> peut s'agir de Nicolas Bernard, car c'est lui qui a été
> mis dans les cordes.

Mort de rire. Il suffira de consulter les articles que je référence notamment dans ce message pour s'apercevoir qu'il n'en est rien.

Il est patent que la totalité de la propagande de l'anonyme a été contestée, documents, témoignages et conclusions d'historiens à l'appui, et que ledit anonyme se contente désespérément de répéter ad nauseam les mêmes inepties déjà réfutées.

Une telle attitude est bien connue. Elle a notamment été mise en pratique par le Chevalier noir de Sacré Graal, des Monty Pythons.




> Sommé par moi de répondre par oui ou par non à la
> question "Sont-ce les Allemands qui ont donné l'ordre des
> déporter des Juifs en 1941 ?", il n'a rien répondu.

1) Il y a une vie en dehors du ouaibe, en particulier le ouikinde.

2) Il y a été parfaitement répondu par Jacques Ghémard.

S'agissant des rafles/déportations de 1941, voir mon article. On en conclura que l'anonyme fait tout simplement diversion, dans la mesure où il n'a jamais été question d'imputer la décision de procéder aux rafles de 1941 à Vichy. L'anonyme évoquait en effet ces "trois déportations de 41 et aussi celle de mars 42, dans lesquelles Vichy n'eut aucune part", et prétendait se fonder sur les écrits de Serge Klarsfeld. Il n'en était rien, et l'anonyme a - sciemment ? - déformé les analyses de Klarsfeld.

Première rafle (mai 1941) : les S.S. demandent et obtiennent de Vichy que les Juifs étrangers de zone occupée soient parqués dans des camps, comme tel est le cas en zone "libre". Vichy accepte et coopère.

Deuxième et troisièmes rafles (août et décembre 1941) : décision allemande fondée sur un prétexte choisi pour ne pas froisser Vichy (les Juifs doivent payer pour les actions de la Résistance). Comme je l'ai déjà écrit (voir mes articles), Vichy est informé après, mais ne pose aucune difficulté, preuve que le calcul allemand (en fait, celui de l'ambassadeur Abetz) s'est révélé judicieux. Les Juifs arrêtés sont internés dans des camps tenus par la police française.

Elle est là, la réalité, et il était inepte de prétendre, à l'instar de l'anonyme, que Vichy "n'a pris aucune part" dans ces opérations.

Pris la main dans le sac, l'anonyme a donc changé les termes de l'équation : "Donc qui a eu l'initiative de la déportation des Juifs en 1941 ? Si c'est Vichy, je rends les armes. Si c'est l'occupant, j'ai gagné. Réponse attendue fébrilement."

On aura noté au passage le ton puéril adopté par l'anonyme sur un tel sujet. Jacques Ghémard, en toute hypothèse, y a excellement répondu : "Vichy est responsable d'y avoir collaboré activement."




> Seulement voilà, comme l'exécution de cet ordre fut le
> fait de la police française de ZO et que Vichy faisait le
> maximum pour en garder, mais sans y parvenir, le
> contrôle, tous les falsificateurs de l'histoire ont beau
> jeu de répéter à satiété que la police de Vichy a déporté
> les Juifs, que ces déportations ont eu lieu avec la
> complicité du régime de Vichy, et, même, que sans cette
> complicité les Allemands n'auraient pas eu les effectifs
> suffisants pour réaliser ces déportations. Vous avez beau
> dire et répéter que la police d'un pays occupé obéit "au-
> to-ma-ti-que-ment" à la puissance occupante ils ne
> voudront pas le savoir

Justement, à ce propos, je vous ai posé une question à laquelle vous n'avez jamais répondu.




> et pratiqueront cet aveuglement
> volontaire si caractéristique de la gauche française, la
> plus bête du monde.

Les militaires allemands et les S.S. faisaient-ils partie de la gauche française ? Le 30 janvier 1941, au cours d'une conférence entre responsables du R.S.H.A. en France et de l'armée à propos de la "question juive", l'adjoint du Représentant du Sipo-S.D. en France, le S.S.-Sturmbannführer Lischka, définit le domaine d'action des autorités allemandes en matière d'antisémitisme : "Il convient de laisser aux Français le soin de régler la suite, afin d'éviter dans ce domaine la réaction du peuple français contre tout ce qui vient des Allemands. Aussi bien les services allemands s'en tiendront-ils à faire des suggestions."

J'ajoute que cette citation est périodiquement assénée à l'anonyme, qui ne l'a, à ce jour, jamais commentée.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes