Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ce que savaient les Alliés - Christian Destremau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Le témoignage de Cordier de Jacques Ghémard le dimanche 31 mai 2009 à 16h52

Voici ce qu'il écrit dans Alias Caracalla, page 303

Vendredi 10 juillet 1942 - Le martyre des Polonais

Tandis que l'espoir du second front se renforce, survient en Pologne un événement tragique.
France annonce quatre cent mille Polonais assassinés par les Allemands. Ce chiffre monstrueux émeut Briant, qui me communique l'article. Depuis des mois, je découvre chaque jour, dans la rubrique « Résistance et répression », les hécatombes systématiques opérées par les Allemands en Hongrie, Bulgarie, Norvège, Hollande, Belgique, France. Tous ces pays ont leur contingent de fusillés, mais deux d'entre eux se distinguent dans le palmarès de l'horreur: la Pologne et la Yougoslavie.
Les Yougoslaves sont les vedettes de la résistance armée. Les journaux estiment à trois divisions leurs rebelles attaquant l'armée allemande. Le héros de la rébellion est le général Mihailovic, glorifié dans tous les articles, discours et conférences et à la BBG. Il est devenu pour nous le symbole de la libération de l'Europe captive.
La Pologne, elle, est le symbole du martyre des peuples vaincus. Chaque jour, la litanie des morts s'allonge. Par dizaines, centaines, milliers, les résistants polonais sont emprisonnés, déportés, massacrés.
Le ler juillet, au cours de l'émission « Les Français parlent aux Français », Jean Marin a révélé que, depuis le début de l'occupation allemande, sept cent mille hommes, femmes et enfants polonais ont été exécutés. Les exécutions de masse s'effectuent généralement à la mitrailleuse. L'émission révèle aujourd'hui une nouveauté: « Les Allemands utilisent des chambres à gaz qu'on appelle, même en Allemagne, les chambres de Hitler. »

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes