Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Mémoires - Fernand de Brinon
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Darlan (François) - France
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Liberté - Résistance (France)
-

Journal et mouvement de résistance des démocrates chrétiens.
"Liberté" fusionnera en 1941 avec le MLN (Mouvement de Libération Nationale) pour devenir le mouvement "Combat".


AFN - Afrique Française du Nord
-

Territoire de l'Empire français.

Dans ce texte :

La "fameuse" lettre du général Giraud de Francis Deleu le dimanche 31 juillet 2005 à 20h09

Bonsoir Serge, bonsoir à tou(te)s,

A force de chercher, j'ai tout de même retrouvé la "fameuse" lettre adressée à Pétain par le général Giraud. Elle est publiée in extenso dans l'ouvrage de Kammerer "Du débarquement africain au meurtre de l'amiral Darlan".
En voici le texte:

4 mai 1942.

Monsieur le Maréchal,

Comme suite à vos récentes instructions, et pour dissiper toutes équivoque sur mon attitude, je tiens à vous exprimer mes sentiments de parfait loyalisme.
Vous avez bien voulu m'expliquer, ainsi que le chef du gouvernement, la politique que vous entendiez suivre vis-à-vis de l'Allemagne.
Je suis pleinement d'accord avec vous. Je vous sonne ma parole d'officier que je ne ferai rien qui puisse gêner en quoi que ce soit vos rapports avec le gouvernement allemand ou entraver l'oeuvre que vous avez chargé l'amiral Darlan et le président Pierre Laval d'accomplir sous votre haute autorité.
Mon passé est garant de ma loyauté.
Je vous prie, Monsieur le Maréchal, de bien vouloir accepter l'assurance de mon absolu dévouement.

Signé : H. Giraud.


Cette lettre, on le sait, fut reprochée à Giraud tant par l'entourage de Pétain pour démontrer sa mauvaise foi lorsque Giraud rejoint l'AFN ainsi que par les partisans du général de Gaulle pour démontrer l'allégeance de Giraud au régime de Vichy.
Il est donc nécessaire de préciser les circonstances dans lesquelles cette lettre fut rédigée. Kammerer s'y emploie en puisant ses sources dans l'ouvrage de Giraud "Mes évasions", en recueillant le témoignage de Giraud après la guerre ainsi que les déclarations du général Campet.
Comme l'explique Serge dans sa contribution précédente, le général Giraud refuse obstinément de se constituer à nouveau prisonnier en Allemagne. Laval usa d'un stratagème destiné à calmer la fureur des Allemands en les rassurant sur la fidélité de Giraud envers le régime.
Le 4 mai, sur ordre de Laval, le général Campet se rend à Lyon et convoque Giraud chez le gouverneur militaire. Il lui apportait dit Giraud, *** une lettre toute rédigée, qui n'était pas un serment, mais une déclaration de loyalisme au maréchal... Celui-ci m'engage vivement à la signer pour qu'on me laisse tranquille. J'y consens, mais je déclare... que je veux bien répondre au désir du maréchal, à condition qu'il n'y ait pas une nouvelle attaque contre moi. Autrement, je reprends ma liberté... ***

Le général Campet déclarera n'avoir exercé aucune pression sur le général Giraud pour lui faire recopier la lettre et se borna à la stricte exécution de sa mission.

Dans une déclaration faite à Kammerer, le 2 août 1945, Giraud protesta *** qu'il ne s'est jamais senti engagé par une lettre imposée, dont il n'avait même pas gardé le double, et qu'il était encore moins engagé vis-à-vis de Laval, à partir du jour où celui-ci a proclamé urbi et orbi qu'il souhaitait la victoire de l'Allemagne, et qu'une "évasion retentissante avait détruit ses efforts acharnés en faveur des prisonniers". ***

Giraud ajoutera encore : *** J'ai écrit cette lettre au début de mai, quand le maréchal m'approuvait et se déclarait d'accord avec moi, tandis que le 27 mai, le maréchal m'a dit que "je gênais sa politique"... Il avait donc changé d'idée et je n'étais plus d'accord avec lui... ***

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes