Décryptage du forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Une guerre perdue en 4 jours - P.E. Caton
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).

Dans ce texte :

Et moi, réussirai-je à vous bloquer sur la Meuse ?! de françois delpla le dimanche 12 juin 2005 à 08h02

On ne l'aurait pas bloqué sur la Meuse. A considérer les moyens en présence, c'est dans les profondeurs de l'hexagone que se seraient déroulées les batailles de la Seconde Guerre Mondiale.
*****************************************


Bon, Frieser a raison sur un point : Hitler a eu grand tort de prendre le risque de son attaque surprise qui, en bonne logique, aurait dû tourner au désastre (d'origine aérienne) en raison de la cible parfaite qu'offraient les blindés accumulés dans les Ardennes.
La vitesse était mauvaise conseillère, et n'avait rien d'un concept novateur permettant de surprendre un adversaire trop confit dans les leçons de 1918. Mieux valait enfoncer l'armée française comme une mêlée de rugby, tant on était supérieur en tout.






Je vous signale que la supériorité aérienne allemande ne tenait pas qu'à la vitesse de leurs avions, mais aussi au calibre de leur armement. Une célèbre photo de la bataille de France montre un Heinkel 111 abattu par la chasse française, criblé de balles de petit calibre. La moindre victoire aérienne française était un exploit, compte tenu des avions sous motorisés, et tirant du petit plomb! Il fallait s'approcher à portée de tir, et faire mouche, longtemps, longtemps, avant d'ébranler un bombardier (enfin, pas trop longtemps non plus, parce que les munitions emportées étaient en petite quantité). Comparer le poids de projectiles tiré à la seconde, par un Morane ou un Curtiss, et comparer avec le Messerschmitt!
*****************************************************



O la belle vision d'ensemble du terrain et de la question ! En raisonnant sans l'aviation britannique, sans la réorganisation à marches forcées de la production aéronautique française par Dautry, sans les commandes d'avions passées par Monnet aux Etats-Unis et en train de se traduire par des livraisons croissantes, on est à l'aise pour démontrer qu'il n'y avait qu'à abandonner le continent à la Wehrmacht dès la campagne de Pologne.




(...)
C'est quand même extrapoler abusivement que d'aligner mon propos sur ceux de Pétain.
Vous m'avez mal compris!
******************************************

Et réciproquement. De vos raisonnements en vase franco-allemand clos, que conclure, sinon que c'était une folie criminelle, assaisonnée de sauce idéologique Frontpopu, que de déclarer la guerre ?

Mon travail, en revanche, part du constat que Hitler était un énorme bluffeur, aux moyens militaires certes non négligeables mais dangereusement disporportionnés à ses objectifs, si toutes les victimes potentielles s'étaient coalisées. Ce qu'elles ont fini par faire sous la férule, longtemps hors jeu, de Churchill.

stratégie hitlérienne en général

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes