Une adolescence perdue dans la nuit des camps sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Une adolescence perdue dans la nuit des camps

Henri Kichka

Un livre poignant et émouvant.
En voici la 4° de couverture:

Le 10 mai 1940 toute mon existence a basculé.

1150 jours en enfer dans onze camps de la mort, ainsi que la disparition tragique de tous les miens m'ont marqué à jamais.

Soixante ans plus tard, sur les conseils de ma fille cadette Irène, je me suis enfin décidé à coucher sur le papier mon douloureux périple.

Servi par une mémoire sans faille, mon but n'est pas d'apitoyer les lecteurs, mais surtout - dans un monde en totale dérive - de les mettre en garde contre ce mal récurrent, la haine et l'esprit du mal.
Henri Kichka


Et en voici le préface de la plume de Serge Klarsfeld

Quel livre exemplaire, quel destin exemplaire, quel homme exemplaire. Je n'ai pas sauté une seule ligne de cet extraordinaire témoignage d'un ancien déporté sur l'enfant de 16 ans qui en septembre 1942 fut projeté dans l'univers concentrationnaire.
Henri Kichka n'est pas parti seul de la caserne Dossin à Malines en Belgique à destination d'Auschwitz. Ses parents et ses deux sœurs Bertha, 13 ans, et Nicha, 9 ans, ont également été déportés. Lui seul est revenu. Henri Kichka a été pendant longtemps le porte-drapeau de l'Union des anciens déportés juifs de Belgique; son livre sera désormais leur porte-drapeau :j'ai lu des dizaines de témoignages sur la déportation, c'est à coup sur celui qui nous a fait le mieux et le plus précisément connaître ce que fut cet enfer. Henri Kichka nous prend par la main dès le début de son récit et nous ne le lâchons plus jusqu'au mot fin, qui n'est pas la fin puisqu' Henri Kichka est toujours un militant actif de la mémoire, partageant son temps entre les établissements scolaires et la participation aux voyages de groupes à Auschwitz.
Je suis certain que lorsque nos générations auront disparu, la connaissance de ce que fut la Shoah s'acquerra plutôt à l'aide du texte d'Henri Kichka et de quelques autres doués des mêmes qualités: Authenticité et simplicité, qu’à l’aide d’auteurs qui sont aujourd’hui considérés comme ayant plus de valeur.
Aucun souci littéraire chez Henri Kichka mais quelle profondeur de sincérité pour narrer la tragique épopée et celle de sa famille: l'exode de Belgique, l'internement dans les camps d'Agde et de Rivesaltes par une France ayant trahi les Juifs; le retour à Bruxelles; l'arrestation, la déportation; la séparation de la famille: le père et le fils dans les camps de Haute-Silésie; la mère et les deux filles assassinées à Auschwitz. Le talentueux adolescent, assoiffé de lectures et d'études, polyglotte et dessinateur plongé avec son père dans la bestialité des camps nazis où règnent la barbarie, la cruauté, le sadisme, la faim qui torture, le froid insupportable, le travail épui-sant, les coups incessants, la promiscuité, les atteintes permanentes à la dignité, la misère physiologique. Inoubliable est l'amour que se vouent Henri et son père à travers tous les camps annexes d'Auschwitz qu'ils traversent pendant trois ans côte à côte et où ils subissent de terrifiantes péri-péties: Sakrau, Klein, Margesdorf, Tarnowitz, Sint-Annaberg, Shoppinitz, Blechammer puis Gross Rosen et Buchenwald où, après l'épouvantable marche de la mort, le père qu'Henri a protégé jusqu'à l'épuisement de ses forces le quitte pour toujours. Désormais Henri est seul pour affronter les ultimes épreuves de la guerre et celles de l'immédiat après-guerre, quand aucun organisme juif ne s'intéresse à lui, quand intégré dans un sanatorium puis dans un orphelinat, il ne reçoit aucune visite, aucun colis, pas un franc. Henri les affronte avec le courage et la combativité dont il a toujours fait preuve dans les circonstances les plus inhumaines et le bonheur revient dans sa vie avec un grand amour et une heureuse famille.
Cet ouvrage devrait être diffusé dans tous les établissements scolaires:
Henri Kichka, je peux en témoigner personnellement, touche tous les jeunes quand il évoque son voyage au bout de l'enfer; son livre sera tout aussi efficace pour leur faire comprendre les crimes des nazis et les souf-frances des Juifs.
Dans le domaine de la Shoah, un très grand livre à ne pas manquer.


Bonne lecture
Prosper Vandenbroucke

 

Editeur : Luc Pire
Date edition : 02/2005
ISBN ou ref : 2-87415-427-X
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Prosper Vandenbroucke le dimanche 11 septembre 2005 à 10h59

Dernière contribution le lundi 03 mars 2008 à 23h32

lue 6116 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Une adolescence perdue dans la nuit des camps et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes