Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

De Gaulle, Israël et les Juifs

Raymond Aron

4e de couverture : Avant d'écrire Le temps du soupçon, commentaire de la dernière conférence de presse du Président de la République, j'ai longuement hésité. Si certaines voix s'étaient élevées, si François Mauriac ou André Malraux avaient répondu au général de Gaulle ce qu'ils auraient répondu à tout autre homme d'Etat tenant de pareils propos, je serais resté en dehors d'un débat dans lequel je ne puis m'engager en toute sérénité. Aucun des écrivains, honneur des lettres françaises, n'a parlé. Je me suis donc résolu ou résigné à plaider contre un réquisitoire d'autant plus insidieux qu'il demeure camouflé.
J'ai pensé que ce témoignage ne prendrait sa pleine signification qu'à la condition d'y joindre les articles publiés pendant la crise du printemps 1967 et deux études sur Israël et les juifs, écrites en 1960 et 1962, à l'époque où l'alliance franco-israélienne assurait aux Français d'origine juive une sécurité morale dont les privent, aujourd'hui, les péripéties de l'Histoire.
Raymond Aron.


Et peut être que l'intérêt principal de ce livre est dans ces articles complémentaires qui font l'essentiel de son volume et qui me paraissent encore très actuels 40 ans après leur rédaction.

Un extrait :

LES JUIFS [Paru dans Réalités, septembre 1960]

Faut-il en parler? Il y a quelques semaines, comme par un coup de baguette magique, des croix gammées surgissaient, dessinées ou peintes sur les murs aux quatre coins de l'Europe; des cimetières juifs et des synagogues étaient profanés. En réplique, des protestations indignées des gouvernants, de la presse, des associations vouées â la lutte contre le racisme se multipliaient. Mais bientôt les incidents tombaient dans l'oubli et, de nouveau, régnait le lourd silence de la mauvaise conscience.

Il est devenu presque aussi difficile pour un Juif que pour un non-Juif de s'exprimer franchement. Non-croyant un Juif, en quelque sorte déjudaïsé, risque d'offenser ceux de ses « coreligionnaires » demeurés fidèles à la Loi. Non-sioniste, il appelle le soupçon tour à tour d'excès ou de manque de sympathie pour Israël. Quant aux non-Juifs, l'extermination de six millions de Juifs par Hitler les paralyse.

L'événement lui-même - l'organisation industrielle de la mise à mort de millions d'êtres sans défense - a frappé les consciences d'une sorte de traumatisme. Tout homme bien né se défend au fond de lui-même d'avoir eu la moindre responsabilité dans cette monstruosité. Nul n'ose avouer aux autres ou à soi-même un antisémitisme de salon. Même les disciples de Maurras n'exposent plus sans quelque réticence la doctrine du maître. Juifs et non-Juifs refoulent les souvenirs trop chargés d'émotion et s'en libèrent par la distraction.


Puissions nous malgré tout, aidés par ce livre et d'autres, discuter de cette question essentielle pour cette 2e guerre mondiale et ses conséquences.

 

Editeur : Plon
Date edition : 1968
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1945 à 1970
Région concernée : Afrique et Ouest Europe

Proposé par Jacques Ghémard le lundi 09 juillet 2007 à 16h21

Dernière contribution le mercredi 10 octobre 2007 à 18h57

lue 2175 fois décrypter

 

Suivre le débat sur De Gaulle, Israël et les Juifs et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes