Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Jean Moulin / Daniel Cordier

 

La déclaration d'André Lafargue de René CLAUDE le lundi 22 septembre 2003 à 14h09

Bonjour - bonsoir,

A la suite de la diffusion par TF1 du téléfilm "Jean Moulin, une affaire française", André Lafargue avait tenu à réagir par cette déclaration publiée par "Le Parisien", le 13 janvier 2003 :

La réponse d'André Lafargue :

"Ce soir,13 janvier 2003, TF 1 diffuse le second volet de « Jean Moulin, une affaire française » (20 h 55). C'est de cet épisode précisément - où Moulin est arrêté - qu'est née toute la polémique autour de la production de TF 1. Entre ce qui est montré à l'écran et la réalité historique, il y a parfois un fossé. Décryptage.

Ce qui est montré à l'écran :

Après un nouvel entretien avec de Gaulle, Moulin reprend sa mission en France. Il apprend d'abord l'arrestation de son ami Manhes, se rend compte que l'étau allemand se resserre et constate un vent de fronde au sein des mouvements de Résistance et notamment à « Combat », le plus important d'entre eux. Le général Delestraint, chef de l'armée secrète, est arrêté à son tour et Moulin réunit d'urgence, à Caluire, les responsables des mouvements pour lui désigner un successeur. Malheureusement, Frenay, le fondateur de « Combat », est à Londres et son adjoint, de Bénouville, doit se marier ce jour-là. C'est donc Aubry qui les représentera. Mais Bénouville pense qu'Aubry ne fera pas le poids et intime à Hardy l'ordre de l'accompagner. Décision d'autant plus suspecte qu'Hardy vient de lui avouer qu'il a été arrêté et qu'il se trouve encore sous les griffes de Barbie. Et ce sera le drame. Tous les participants de la rencontre de Caluire seront arrêtés. Seul Hardy réussira à s'enfuir, aidé par les Allemands. Aubry, sous la torture, livrera Moulin que les Allemands n'avaient pas identifié...

Ce qui s'est réellement passé :

Au vu de cet épisode, la responsabilité de Bénouville, voire sa culpabilité, dans l'arrestation de Moulin, est évidente. Et quelle opinion donnée de la Résistance avec ces chefs qui se chamaillent et multiplient les imprudences et les trahisons ! Si les faits rapportés sont, en gros, exacts, leur présentation est orientée.
Voilà plus de cinquante ans que témoins et historiens cherchent honnêtement mais vainement à établir la vérité et voilà qu'à travers des images bien choisies, un film apporte une solution à la plus troublante des énigmes !
Il est probable qu'en dépit de deux acquittements par les tribunaux, Hardy porte effectivement une lourde responsabilité dans l'affaire et il est certain que Bénouville s'est montré imprudent. Mais de là à l'accuser d'un complot visant à se débarrasser de Moulin... Ce serait admettre qu'il ait sciemment sacrifié les résistants réunis à Caluire. Dont son ami Aubry ! Franchement, c'est difficile à croire. D'autant que certaines séquences du film sont sujettes à caution. Comme celle où de Bénouville insiste pour envoyer Hardy à Caluire en dépit de ses réticences. Ou quand Moulin, s'emportant contre Bénouville, l'accuse d'avoir été cagoulard. Rien de tout cela n'est vraiment historique.
Il faut bien se garder de voir les événements d'alors avec les yeux et les idées d'aujourd'hui. Croire, par exemple, qu'ils sont inspirés par des rivalités politiques et, par là, imaginer que « Combat », de par la présence de Bénouville, était un mouvement de droite opposé à Moulin, ancien préfet du Front populaire. « Combat » avait été créé par Frenay, officier démissionnaire du deuxième bureau, avec Bertie Albrecht, « communisante », et comptait parmi ses dirigeants Claude Bourdet (socialisant) et de Menthon (démocrate chrétien). Les anciennes appartenances politiques ne comptaient pas dans la Résistance.

Enfin, il faut rappeler que tous les événements rapportés dans le film se déroulent en zone sud qui, jusqu'à 1942, relevait de Vichy, et beaucoup de Français (y compris chez les résistants) crurent longtemps à la pugnacité du maréchal Pétain. Cela explique certains contacts qui s'avérèrent dangereux lorsque les Allemands occupèrent la zone. Dans les régions occupées, les choses étaient plus simples. La Résistance ne se préoccupait que de la lutte contre les Allemands... "

Cet article est disponible sur ce site :


Je dépose cette déclaration à titre informatif afin que nous disposions d'avis contradictoires.
Néanmoins, une phrase m'a un peu interloqué :
"Les anciennes appartenances politiques ne comptaient pas dans la Résistance." (?)
D'après ce que l'on sait du fond de l'affaire de Caluire, les appartenances politiques furent un élément essentiel de cette trahison visant à neutraliser le représentant de Charles de Gaulle et unificateur des mouvements de Résistance, deux fonction politiquement TRES exposées...

Bien cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 527 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes