Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 11 juin 2020 à 18h19

Guerres et histoire / Jean Lopez & C°

 

Une limite de françois delpla le mardi 09 juin 2020 à 15h35

Le dossier sur la défaite de 1940 prétend tenir compte des avancées récentes de la recherche en pourfendant, à partir d’ouvrages publiés depuis 1990 environ, un certain nombre de mythes (par exemple, la Cinquième colonne, la trahison des élites, l’incompétence des généraux, les sabotages communistes) au profit du “patient dévidage des causes enchevêtrées”, pour citer l’édito de Jean Lopez.

D’où une impression de déjà lu… et ce dans des ouvrages parfois fort antérieurs à 1990.

Plusieurs auteurs déplorent qu’il n’y ait pas eu, sur ce sujet, de “révolution paxtonienne”. Misère, que serait-ce alors ?! La France de Vichy de Robert Paxton (1972) avait pour défaut principal d’ignorer quasiment l’existence de l’Allemagne, du moins dans les motivations de Vichy, et les disciples du maître américain ont souvent redoublé d’ignorance à cet égard.

Il en va de même ici : les facteurs de la défaite sont certes enchevêtrés à souhait, mais essentiellement français et, quand ils passent une frontière, elle est faite surtout d’eau salée -un zeste de Grande-Bretagne, un chouïa d’Etats-Unis. Que vise et que fait l’Allemagne ? La question ne sera pas posée.

Ah, tout de même, à la fin de l’article princeps de Nicolas Aubin, on trouve une première critique, dans ce magazine (à moins qu’une autre m’ait échappé, je suis preneur d’un rectificatif), du très mauvais livre (sur ce sujet : les causes de la défaite) de Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende (1995), qui depuis un quart de siècle jouait justement un peu, en la matière, le rôle de Paxton : celui du regard étranger censé déniaiser les historiens français. Mais en fait de critique il s’agit plutôt d’une égratignure : ce “bel ouvrage” est censé “idéaliser l’armée française pour mieux valoriser la victoire allemande”.

La cause certes point unique, mais principale, de la défaite, est l’excellence du coup allemand. Faudra-t-il dix années de plus pour qu’on s’en rende compte ?

*** / ***

lue 1051 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Revolution paxtonienne de Emmanuel de Chambost 11 juin 2020 16h23

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Guerres et histoire

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes